Un père et son fils ont été condamnés mercredi à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 18 ans pour avoir assassiné leur fille et soeur dans un crime d'honneur.

Mis à jour le 16 juin 2010
LA PRESSE CANADIENNE

Mardi, dans un tribunal de Brampton, en Ontario, Muhammad et Waqas Parvez avaient plaidé coupable à une accusation pour le meurtre non prémédité d'Aqsa Parvez, qui était âgée de 16 ans.

En 2007, durant les semaines qui ont précédé ce meurtre, Aqsa s'était querellée avec sa famille, originaire du Pakistan, au sujet de son désir de cesser de porter le hidjab, de se vêtir à l'occidentale et de jouir des mêmes libertés que celles de ses amis.

Au cours de cette période, Aqsa vivait également chez un ami, mais elle a été attirée dans la résidence familiale, à Mississauga, par son frère. Ce dernier l'a étranglée à mort, suivant un plan d'assassinat élaboré avec son père.

La loi édicte une peine d'emprisonnement à vie pour un meurtre au second degré, et le juge dispose du pouvoir de fixer le délai préalable à la libération conditionnelle à entre 10 et 25 ans.

Le juge Bruce Durno, de la Cour supérieure de l'Ontario, a affirmé que toutes les circonstances dans cette affaire, y compris la motivation, qu'il a qualifiée de répugnante, de limiter l'embarras ressenti par la famille, faisaient en sorte que le délai préalable à la libération conditionnelle des accusés devrait être bien au-delà du seuil minimal.