Le président de l'Équateur, Rafael Correa, a ordonné à sa ministre de l'Education d'interdire les concours de beauté, qui pullulent dans les écoles publiques, car il estime qu'ils véhiculent des valeurs déplacées, voire «sexistes».

Mis à jour le 4 sept. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Dans son allocution hebdomadaire diffusée le samedi, le chef de l'État socialiste a enjoint à la ministre Gloria Vidal «de ne pas autoriser ces concours de beauté qui n'ont aucun sens, surtout au XXIe siècle».

«Quelles valeurs éducatives cela transmet-il? Que ce qui compte c'est la beauté et non pas la générosité, l'intelligence, le sens du sacrifice et de l'effort?», s'est interrogé le président qui déplore que les écoles et collèges publics soient ceux qui organisent le plus d'élections de ce genre.

Il a en outre qualifié ces concours de «sexistes» et s'est étonné que les associations féministes ne se soient pas encore emparées du sujet.