Des vétérinaires de Madras (sud de l'Inde) viennent d'ouvrir la première banque du sang pour chiens qui permettra, espèrent-ils, de sauver des vies canines lors d'opérations ou après des accidents de la route.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon le Dr P. Thangaraju, vice-président de l'université des sciences animales et vétérinaires de l'Etat du Tamil Nadu, 28 propriétaires de chiens ont déjà enregistré leur animal domestique pour faire des dons. C'est un labrador noir qui a inauguré la banque à l'ouverture des portes lundi.

«Notre université est devenue la première université en Asie, après les Etats-Unis et le Royaume-Uni, à lancer une banque du sang», s'est félicité le vice-président. «Nous aurons besoin de davantage de donateurs pour avoir du sang issu des huit genres différents», a-t-il ajouté.

Avoir un animal domestique est de plus en plus à la mode dans la classe moyenne indienne qui a les moyens de dépenser de l'argent dans la nourriture et les soins pour animaux. En Inde, pays de 1,2 milliard d'habitants, environ 370 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Dans les métropoles, les chiens errants, craints par la population en raison de la persistance de la rage, se comptent par milliers. Ils sont aussi souvent percutés par les voitures, au milieu de la circulation chaotique.

Selon le Dr Thangaraju, l'université qui reçoit chaque jour près de 200 «patients» avait besoin de cette banque du sang, d'un coût d'un million de roupies (22 000 dollars), en raison du grand nombre d'animaux décédés par manque de sang pour les transfusions.

A la banque du sang de Madras, les chiens âgés d'un à huit ans peuvent donner leur sang, mais pas plus de quatre fois par an.

Dans les hôpitaux indiens, les médecins manquent aussi cruellement de dons de sang humain.

«La plupart des hôpitaux gouvernementaux sont confrontés à une pénurie de sang en dépit d'une règle obligatoire selon laquelle les membres de la famille ou les amis du patient doivent donner leur sang après une transfusion», a déclaré à l'AFP le Dr R.K. Jha qui travaille dans l'un des meilleurs hôpitaux de New Delhi.