Plutôt habituée à déneiger les rues, la Ville de Montréal doit maintenant se mettre à la fabrication de neige en raison de l'arrivée tardive de l'hiver. L'administration Tremblay vient de confier à une firme le contrat d'enneiger une partie du mont Royal afin de permettre aux activités hivernales d'enfin débuter.

Publié le 6 janv. 2012
Pierre-André Normandin LA PRESSE

Depuis mardi soir, les canons à neige de Sno Innovation se trouvent bien loin des pentes du mont Saint-Bruno, où ils s'activent habituellement. Installés en bordure du lac aux Castors, les appareils tentent de faire ce que Dame nature n'a pas encore réussi à faire cette année: permettre à des milliers de jeunes de glisser.

La Ville de Montréal fait occasionnellement appel à l'entreprise de Saint-Bruno depuis 2006 mais, pour la première fois, elle lui a demandé d'assurer la présence de neige tout l'hiver. Malgré cette précaution, les chaudes températures enregistrées en décembre ont tout de même réussi à retarder d'un mois la saison de la glisse. L'absence de glace sur le lac aux Castors a forcé le report de l'ouverture des pentes à ce week-end. « Comme les gens peuvent glisser en tube, ça va plus vite et ils peuvent atterrir dans le lac, alors il vaut mieux attendre qu'il soit gelé », explique Valérie De Gagné, porte-parole de la Ville.

Alors que Montréal a payé 6200 $ pour une seule opération d'enneigement en 2006, la Ville prévoit dépenser 71 000 $ en 2012. L'administration explique cette hausse des coûts par de plus grands besoins de neige.

Le coût de l'enneigement reste néanmoins nettement inférieur aux économies générées par les faibles précipitations de neige. En 2010, alors qu'il n'est tombé que 177 cm de neige, Montréal n'a dépensé que 115 des 150 millions prévus au poste du déneigement.

Plus populaire

La Ville affirme que, depuis qu'elle enneige artificiellement ses pentes, la glissade a gagné en popularité. On a enregistré 8500 visiteurs l'hiver dernier, une hausse de 20 % par rapport à 2006. Parallèlement, les accidents de glissade ont diminué de 80 %. Montréal attribue cette baisse à l'amélioration des conditions de glisse et à la création de couloirs qui limitent les risques de collision.

La hauteur des remblais qui délimitent ces couloirs sera augmentée cet hiver pour diminuer encore le risque d'accident, puisque des gens pouvaient encore, par erreur ou à dessein, les traverser.

Sno Innovation, division de Ski mont Saint-Bruno, est la seule firme à offrir des services d'enneigement dans la région depuis qu'elle a racheté en 2009 son seul concurrent, Blizzard. Montréal a demandé une soumission à une entreprise de la région de Québec, mais son prix a été jugé trop élevé, ce qui a fait de Sno Innovation le seul soumissionnaire. Selon les chiffres de la Ville, une opération d'enneigement coûtait 6200 $ en 2007 et 6950 $ en 2008. Le coût est passé à 12 280 $ à l'hiver 2009-2010. Montréal explique la différence par la quantité de neige exigée.