Les propriétaires du Plateau-Mont-Royal pourraient devoir payer une taxe spéciale de 60$ par logement dès l'année prochaine, a laissé entendre le maire de l'arrondissement, qui prévient aussi que le nombre de parcomètres pourrait augmenter.

Mis à jour le 9 sept. 2011
Gabriel Béland LA PRESSE

Le Plateau est aux prises avec des difficultés financières et son maire, Luc Ferrandez, doit trouver 2 millions de dollars pour boucler le budget 2012.

Pour arriver à équilibrer les finances de l'arrondissement, son maire envisage de mettre en place une taxe spéciale. Luc Ferrandez en a précisé la nature jeudi dans une lettre ouverte au maire de Montréal, publiée sur son blogue. La taxe serait en moyenne de 60$ pour les propriétaires d'un logement et de 300$ pour les commerçants.

Les habitants du Plateau pourraient toutefois éviter la nouvelle ponction. M. Ferrandez écrit qu'il n'imposera cette taxe qu'en dernier recours. Il demande à l'administration du maire Gérald Tremblay, qu'il doit prochainement rencontrer, de lui «avancer» 2 millions de dollars.

«Vous nous faites une avance de 2 millions de dollars en 2012 qui sera remboursée par l'installation de parcomètres sur des artères du Plateau et par une hausse de tarifs de stationnement au mois sur plusieurs petits terrains existants», propose Luc Ferrandez sur son blogue.

Le maire du Plateau entend rencontrer Gérald Tremblay en fin de semaine dans le cadre du Grand Prix Cycliste. «J'espère que vous serez porteur d'un message d'ouverture», écrit-il au maire de Montréal.

Le porte-parole de Gérald Tremblay a toutefois fermé la porte à toute «avance» de la ville centre au Plateau. «Les arrondissements doivent assumer leurs responsabilités, a dit Darren Becker. À la rigueur, le directeur des finances de la Ville est prêt à rencontrer les administrateurs du Plateau pour les aider à équilibrer leur budget. C'est tout.»

Des commerçants inquiets

Les commerçants du Plateau sont quant à eux inquiets devant la perspective d'une nouvelle taxe. Michel Depatie, directeur de la Société de développement commercial (SDC) de l'avenue du Mont-Royal, accuse l'administration Ferrandez de faire fuir les clients, notamment avec son nouveau plan d'apaisement de la circulation.

«Cette taxe va être une affaire de plus. Je ne vous dirai pas que quelqu'un va fermer pour une taxe de 300$. Mais avec la baisse de l'achalandage sur le Plateau, les commerces sont extrêmement fragiles, dit-il. Ce qu'on demande à M. Ferrandez, c'est de ne pas instaurer de taxe, de faire revenir les clients, d'enlever les entraves à la circulation et de déneiger l'hiver.»