L'arrondissement de Verdun pourrait s'adresser aux tribunaux pour forcer le Golf Île des Soeurs à rouvrir ses portes. Le propriétaire du terrain a mis fin à ses activités, la semaine dernière, au motif que les autorités l'empêchent de déployer un filet de sécurité pour protéger les passants.

Mis à jour le 10 août 2011
Martin Croteau LA PRESSE

Le propriétaire du golf et l'arrondissement sont à couteaux tirés depuis que le parcours de neuf trous a été inauguré, en juillet 2010. Le différend a culminé vendredi dernier, lorsque le promoteur a tout bonnement cessé d'accueillir les golfeurs. «Nous rouvrirons lorsque l'arrondissement de Verdun nous aura fourni les moyens nécessaires afin d'opérer le site de manière sécuritaire», dit le message de la boîte vocale du golf.

L'entreprise exploite le parcours sur un terrain municipal, qu'elle occupe en vertu d'un bail emphytéotique. Or, le maire de l'arrondissement, Claude Trudel, estime que le promoteur manque à ses obligations en fermant ses portes en plein milieu de la saison de golf.

«On a un contrat avec l'entrepreneur qui dit qu'il doit construire un terrain de golf et l'exploiter par la suite, a indiqué le maire Trudel en entrevue. C'est quoi, exploiter un terrain? C'est le garder ouvert pendant la saison.»

Le maire, lui-même amateur de golf, a mandaté les avocats de la Ville pour étudier ses recours. Il n'exclut pas de s'adresser aux tribunaux pour forcer le promoteur à revenir sur sa décision.

Entorses aux règles

L'arrondissement accuse l'entrepreneur Pierre Émond d'avoir enfreint des règlements municipaux et des exigences environnementales lorsqu'il a aménagé le parcours. Les plus vives discussions portent sur un imposant filet installé le long du septième trou. Haut de 15 m et long de 90 m, il devait protéger les passants des balles perdues.

L'arrondissement affirme qu'une partie de ce filet empiète sur un couloir vert où nichent plusieurs oiseaux. Il se trouve en outre juste en face du Vistal, un complexe d'habitation haut de gamme dont les copropriétaires n'ont guère aimé que le filet obstrue leur vue sur le centre-ville. Le maire Trudel y habite lui-même, mais il assure que cela n'a rien à voir avec le différend.

En septembre dernier, l'arrondissement a sommé M. Émond de corriger les entorses aux règlements municipaux, sans quoi il le poursuivrait. Les deux parties ont tenté pendant des mois de régler le litige à l'amiable.

M. Trudel invite le promoteur à relancer les pourparlers et à obtenir toutes les autorisations nécessaires pour rendre son terrain conforme aux règlements municipaux.

La Presse a voulu obtenir le point de vue du Golf Île des Soeurs, mais son porte-parole n'a pas donné suite à nos appels.