Les membres de la congrégation Gate David of Bobov ne pourront pas procéder à l'agrandissement de leur synagogue rue Hutchison. Une majorité de citoyens se sont prononcés contre les travaux lors d'un référendum serré qui s'est tenu hier sur la question.

Daphné Cameron LA PRESSE

Quelque 1200 résidants du Plateau Mont-Royal et d'Outremont avaient le droit de s'exprimer sur le projet de rénovation qui prévoyait notamment la prolongation de la bâtisse de 10 pieds vers l'arrière pour permettre l'ajout d'un vestibule et d'une salle de bains. C'est finalement 455 personnes qui ont voté, un taux de participation de 38%. Au total, 212 personnes ont voté pour, et 243 contre.

Divisions

Au cours des dernières années, l'agrandissement de la synagogue hassidique établie à Montréal depuis 60 ans a engendré de la division au sein des citoyens du quartier. En février, le conseil d'arrondissement du Plateau Mont-Royal a entériné une version amandée du projet, mais des citoyens ont amassé près de 200 signatures pour s'y opposer. Les élus ont donc décidé de soumettre la question à un référendum.

Dans les dernières semaines, un groupe d'une quinzaine de personnes a activement milité dans le secteur pour convaincre les habitants de voter contre. Les opposants ont fait du porte-à-porte et distribué des tracts. «Un signal clair vient d'être donné», a déclaré l'un des membres du groupe, Pierre Lacerte. «On ne veut plus de passe-droits. À quoi ça sert d'avoir un zonage s'il peut y avoir des dérogations, a-t-il lancé à l'issue du vote. On parle d'une secte, d'une congrégation serrée qui ne veut nullement s'intégrer. Ils doivent savoir que dorénavant, s'ils veulent avoir quelque chose, il faut que ça se fasse correctement selon les lois et normes acceptées.»

Portes ouvertes

Il y a deux semaines, la synagogue a organisé une journée portes ouvertes pour tenter de convaincre la population du bien-fondé de son projet. La congrégation avait retenu les services de la firme Optimum relations publiques pour le faire.

En parallèle, un groupe de citoyens en faveur du projet, les amis de la rue Hutchison, a pris naissance. «Nous sommes déçus du résultat», a affirmé Leila Marshy, l'une des fondatrices du groupe. «Mais ce qui ressort de positif, c'est que des liens viennent de se tisser entre les gens du quartier et la communauté hassidique. Il y a une semaine, je n'avais jamais parlé à un juif hassidique de ma vie et maintenant nous sommes à préparer une fête de quartier ensemble.»

Rencontrée devant la bibliothèque du Mile End, où s'est tenu le référendum hier, la petite-fille du fondateur de la synagogue avait du mal à comprendre pourquoi des citoyens s'acharnaient contre le projet avec tant de vigueur. «Nous essayons de vivre dans la paix et la tolérance, a affirmé Malka Birko. Nous voulons bâtir une rallonge de trois mètres sur trois mètres pour permettre la construction d'une salle de bains pour les personnes âgées au rez-de-chaussée. Malheureusement, nous avons l'impression que ce projet est devenu le reflet d'un malaise plus profond.»