Un peu plus de 100 femmes ont participé mercredi à un allait-in au Complexe les Ailes, à Montréal. Entre 13 h et 13 h 30, elles ont nourri leur enfant au sein, sans se cacher, afin de manifester en faveur de l'allaitement en public.

Mis à jour le 20 janv. 2011
Isabelle Audet LA PRESSE

Le 6 janvier dernier, un préposé de la boutique Orchestra, dans le centre commercial, a demandé à Shannon Smith de cesser d'allaiter son enfant. La jeune mère s'en est plainte publiquement, dans un blogue. L'histoire a été relayée par des internautes, et en quelques jours, des centaines de femmes se sont rangées derrière elle.

La militante pro-allaitement Geneviève Coulombe a eu vent de cette mésaventure. Elle a organisé l'allait-in en invitant les mères sur le site de réseautage Facebook. Plus de 160 femmes ont répondu à son appel.

Entre temps, le propriétaire de la boutique de vêtements pour enfants a présenté des excuses, que Mme Smith a acceptées. «On a maintenu l'allait-in pour s'assurer qu'un tel événement ne se reproduise pas. Et je suis vraiment fière de voir autant de mères qui montrent que l'allaitement, c'est normal», a lancé Mme Coulombe pendant l'événement.

Les dizaines de chaises fournies par le Complexe les Ailes pour permettre aux mères d'allaiter étaient presque toutes occupées. Au signal donné par Geneviève, à 13 h, les femmes ont soulevé leur chandail et elles ont nourri leur bébé. Autour d'elles, plusieurs curieux observaient la scène.

Manuelle Croft participait à la manifestation, la petite Catherine dans les bras: «Au début, j'allaitais mon premier bébé chez moi les rideaux fermés! Puis, j'ai compris que je pouvais le faire à l'extérieur. Je pense que plus les gens sont exposés à l'allaitement, plus ils en viennent à trouver cela normal. Il y a un travail de sensibilisation à faire... simplement.»

Un peu dépassée par l'ampleur du mouvement qui est né de sa mésaventure, Shannon Smith s'est montrée touchée par le support spontané des autres mères. «Je trouve ça encourageant. On ne devrait pas devoir se cacher pour allaiter. C'est quelque chose de naturel», a-t-elle confié.

«Un cas isolé»

La directrice du Complexe les Ailes, le centre commercial où a eu lieu l'incident, accueillait les participantes à l'allait-in. Elle assure que la politique du centre commercial est claire: il existe des salles réservées à l'allaitement, mais les femmes qui allaitent en public devraient pouvoir le faire en toute tranquillité.

«C'est un cas isolé et la paix a été faite entre le propriétaire et la cliente. C'est vraiment une erreur de parcours», a expliqué Johanne Marcotte.

L'événement a toutefois permis à des groupes d'entraide en allaitement de sensibiliser le public à l'importance de soutenir les mères qui allaitent. «Les femmes qui allaitent ont trop peu de modèles autour d'elles. Il faut faire en sorte de changer le regard de la société sur l'allaitement pour que ces femmes se sentent à l'aise de sortir. Ça n'a rien de sexuel ou de déplacé», estime Marie-Josée Campbell, du mouvement Nourri-Source.

Le mouvement pro-allaitement amènera sous peu sa campagne de sensibilisation au niveau politique. Geneviève Coulombe a annoncé aux participantes de l'allait-in qu'une pétition sera sous peu déposée à l'Assemblée nationale, afin de faire en sorte que le droit des femmes à allaiter en public soit respecté.