Le renversement du gouvernement de Stephen Harper ne semble pas avoir eu de conséquences négatives sur les intentions de vote des Canadiens, laissent entendre les résultats d'un nouveau sondage.

Publié le 28 mars 2011
LA PRESSE CANADIENNE

Le coup de sonde réalisé par Harris-Decima pour le compte de La Presse Canadienne démontre que les conservateurs maintiennent une avance de 38 % contre 24 % -après répartition des indécis- par rapport à leurs plus proches rivaux, les libéraux de Michael Ignatieff.

Ces résultats sont demeurés relativement stables entre l'annonce de la chute du gouvernement, vendredi dernier, et le premier week-end de la campagne électorale, dont le coup d'envoi a officiellement été donné samedi matin.

À l'échelle nationale, le NPD a la faveur de 19 % des électeurs, le Bloc québécois, de 10 % et le Parti vert, de 7 %.

Au Québec, les conservateurs arrivent toujours en deuxième position avec un score de 22 %. Sans surprise, le Bloc fait figure de favori avec des intentions de vote de l'ordre de 41 %.

Quant aux libéraux, ils éprouvent de sérieuses difficultés en sol québécois: 14 % des électeurs ont l'intention de voter pour un candidat libéral. Les néo-démocrates obtiennent le même score et le Parti vert ferme la marche avec des intentions de vote de 6 %.

Le sondeur Allan Gregg soutient qu'à l'échelle nationale, les résultats démontrent que la base électorale des conservateurs semble solide. Les néo-démocrates sont pour leur part favorisés par la défection de certains électeurs -surtout des électrices- qui donnent traditionnellement leur appui au Parti libéral, indique M. Gregg.

Le sondage téléphonique a été réalisé auprès de 1000 personnes entre jeudi et dimanche. Il comporte une marge d'erreur de plus ou moins 3,1 %, 19 fois sur 20.

On a demandé aux répondants: «Si une élection fédérale avait lieu demain, pour qui croyez-vous que vous voteriez dans votre région?».