Dans la foulée du débat des chefs, la firme de sondage Angus-Reid s'est prêtée à un jeu inusité pour le compte de La Presse. L'exercice: voir, en temps réel, les émotions ressenties par les gens quand ils écoutent chacun des candidats. À 1000 Québécois francophones - parmi lesquels 694 avaient suivi le débat en français - Angus-Reid a donc soumis jeudi quatre extraits vidéo, leur demandant de cocher rapidement, en temps réel, les sentiments qui les habitent à l'écoute de chacun des extraits. Se sentent-ils intéressés? Irrités? Confus?

Louise Leduc LA PRESSE

Après visionnement de l'extrait, on demandait ensuite à chacune des 1000 personnes de dire ce qu'ils pensaient de façon globale de la performance des candidats. D'abord, des constats généraux: dès que Stephen Harper ouvre la bouche, l'irritation des répondants monte en flèche. Auprès des francophones, le premier ministre ne passe tout simplement pas.

Pour Michael Ignatieff, ce n'est guère mieux: l'ennui domine largement.

Au contraire, quand Jack Layton et Gilles Duceppe s'expriment, c'est l'intérêt qui prend le dessus.

De la même manière, pour ce qui est des évaluations des candidats après visionnement des extraits, Gilles Duceppe et Jack Layton passent beaucoup mieux. Globalement, le chef bloquiste est décrit comme étant le chef le plus fort, et Jack Layton, celui qui est le plus honnête et digne de confiance.