Après deux mois de grève étudiante, la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) décide de manifester sur les ondes hertziennes.

Publié le 15 avr. 2012
Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

L'association étudiante a acheté des publicités radio pour faire valoir son point de vue. Elles ont été réalisées par le duo humoristique Les justiciers masqués.

La FEUQ a refusé de dévoiler combien elle avait investi dans cette campagne.

«L'argent c'est le nerf de la guerre», a plaidé Mme Desjardins. Si la FEUQ rendait publics ses chiffres, «ça permettrait au gouvernement de savoir combien il reste dans nos coffres.»

Martine Desjardins a indiqué qu'aucune centrale syndicale n'avait directement financé les publicités, mais a admis que le budget général de

la FEUQ incluait des dons syndicaux.

Il y a quelques semaines, le gouvernement avait lancé sa propre campagne de publicités radiophoniques en lien avec la hausse des droits de scolarité.

Saccages

Par ailleurs, la Fédération a refusé de condamner le saccage du bureau de Line Beauchamp survenu vendredi matin. Martine Desjardins a affirmé qu'elle n'était pas d'accord avec cette action, mais que ce n'est pas à son association de la critiquer. Même discours vis-à-vis des débordements survenus dans le pavillon central de l'Université de Montréal jeudi.

Cette position se rapproche de celle de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), pourtant réputée plus radicale que la FEUQ.