Quatre écoles québécoises seront le théâtre à compter de septembre prochain d'un projet pilote visant à contrer l'intimidation.

Publié le 16 mai 2011
LA PRESSE CANADIENNE

Le projet, mis sur pied par la Fondation Jasmin Roy, permettra de dégager un intervenant dans l'école pour lui permettre de consacrer une journée par semaine au suivi des victimes et des agresseurs.

L'objectif sera de travailler auprès de ceux-ci et des autres membres du personnel de l'établissement afin de mettre en oeuvre des outils d'éducation et de lutte contre l'intimidation.

L'un des problèmes souvent évoqués en telle matière est le manque de temps des personnes oeuvrant dans le réseau scolaire. Pour ce projet pilote, la journée de salaire de l'intervenant sera défrayée par la Fondation, avec l'appui de partenaires privés.

L'école secondaire du Rocher, à Grand-Mère et l'école primaire Aux-Quatre-Vents, de Saint-Sulpice dans Lanaudière, seront le théâtre de ce projet pilote, de même que deux écoles de la région de Québec à être identifiées plus tard.

Le projet est soutenu par Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement et par la Centrale des syndicats du Québec, qui parrainera une étude pour en évaluer les résultats.

L'objectif, à terme, est de doter toutes les écoles primaires et secondaires du Québec d'un intervenant dédié au moins une journée par semaine -ou davantage, si les recherches en démontrent la nécessité- à la lutte contre l'inditimdation en milieu scolaire.

Il s'agit d'un objectif ambitieux, alors que la mesure est évaluée à 10 000$ par école.