La fameuse réforme de l'éducation n'aura finalement pas été si néfaste pour les jeunes Québécois. Une importante étude internationale sur les résultats scolaires d'élèves de 15 ans révèle que la réussite des jeunes Canadiens et Québécois est stable depuis 2000 en mathématiques, en lecture et en sciences.

Mis à jour le 8 déc. 2010
Ariane Lacoursière LA PRESSE



 



«On est obligé de constater aujourd'hui que la réforme n'a pas produit une génération de cancres», affirme le président de la Centrale des syndicats du Québec, Réjean Parent.

Les résultats publiés mardi sont tirés du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), une étude menée tous les trois ans par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Cette étude évalue les compétences en lecture, en mathématiques et en sciences des élèves de 65 pays.

Pour la première fois cette année, les jeunes Québécois issus du renouveau pédagogique étaient évalués. En lecture, les Québécois, tout comme les Canadiens, arrivent au cinquième rang du classement mondial. En mathématiques, les jeunes Québécois obtiennent les meilleurs résultats au pays.

«Malgré toutes les critiques formulées à l'endroit du système public d'éducation au Québec, notamment au sujet de la réforme, les résultats du PISA sont la preuve que nous devons être fiers de nos élèves et valoriser davantage l'école publique», estime la présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec, Josée Bouchard.

La ministre de l'Éducation du Québec, Line Beauchamp, est heureuse de voir que les élèves de la province «se situent toujours dans le peloton de tête» à l'échelle nationale et internationale.

Des résultats stables

Le directeur général du Conseil des ministres de l'Éducation du Canada, Andrew Parkin, se réjouit pour sa part des performances des jeunes Canadiens. Mais il exprime certaines inquiétudes: «Nos résultats sont bons, mais ils stagnent. D'autres pays progressent, de nouveaux pays s'ajoutent au classement et le poussent vers le haut. Il faut continuer de faire des progrès.»

Les résultats de 2009 montrent que le Canada arrive au cinquième rang en lecture, après la province chinoise de Shanghai, la Corée, la Finlande et Hong-Kong. En 2000, le Canada arrivait au deuxième rang, après la Finlande. Cette année, les jeunes Canadiens ont été devancés par les élèves de pays asiatiques qui participaient pour la première fois à l'étude.

Les résultats du PISA montrent également que la proportion d'élèves canadiens très performants en lecture est passée de 45% en 2000 à 40% en 2009. «Ce n'est pas dramatique. On continue d'avoir une plus forte proportion d'élèves performants que les autres pays. Mais cette baisse est notable», affirme M. Parkin.

En mathématiques, le Canada arrive au huitième rang de l'étude PISA, alors qu'en sciences, il se classe au septième rang. Le pays réussit là encore moins bien qu'il y a quelques années. En 2003, première année où ces matières ont été évaluées par l'OCDE, le Canada arrivait respectivement aux sixième et cinquième rangs en mathématiques et en sciences.