Quatre Canadiens sur cinq sont en faveur du retrait des troupes militaires de l'Afghanistan à la date butoir fixée par le gouvernement fédéral. Une étude commandée par le ministère de la Défense, que La Presse a obtenue, démontre que 85% des citoyens souhaitent la fin de la mission en Afghanistan en juillet 2011.

Daphné Cameron LA PRESSE

Les résultats du sondage mené l'hiver dernier par la firme Ipsos Reid indiquent qu'une forte majorité de Canadiens estime (80%) que le pays a fait plus que sa part en Afghanistan. Par ailleurs, 74% des gens sondés sont fiers du rôle joué par les Forces armées canadiennes lors de cette mission.

Des données recueillies au sein de groupes de discussion dans le cadre de l'étude révèlent toutefois que la confusion subsiste toujours quant aux objectifs précis de cette mission qui aura duré près d'une décennie. Un répondant sur quatre indique même qu'elle n'a pas d'objectif.

«Lorsque l'on demande aux participants des groupes de discussion d'écrire trois mots ou phrases qui leur viennent à l'esprit lorsqu'ils songent à la mission du Canada en Afghanistan, dans la plupart des cas, les réponses chargées d'une connotation négative dépassent largement celles à connotation positive», peut-on lire dans le rapport remis au ministère de la Défense en mars dernier.

«Même si les opinions de la mission sont surtout négatives, les participants laissent entendre que la mission comporte peut-être quelque chose de plus que ce qu'ils entendent dire. Certains ont l'impression qu'ils ne savent peut-être pas tout», ajoute le document.

Vétérans

Les résultats du sondage indiquent aussi qu'environ la moitié des Canadiens pensent que l'armée fait un bon travail pour prendre soin des soldats à leur arrivée au pays, et que 29% pensent qu'elle ne fait pas le nécessaire.

«La connaissance de l'aide offerte par les Forces canadiennes est extrêmement faible. Les participants espèrent plutôt la mise sur pied de bons services d'aide», résume le rapport soumis au Ministère.

Rappelons que ce week-end, l'ombudsman des anciens combattants, Pat Stogran, a dénoncé dans les pages de La Presse le fait que le Canada refusait de reconnaître comme vétérans à part entière les soldats qui reviennent d'Afghanistan avec des blessures de guerre. Depuis l'adoption de la nouvelle Charte des anciens combattants en 2006, les soldats blessés reçoivent une indemnité pouvant atteindre un maximum de 276 000 $ au lieu d'une rente mensuelle à vie.