Les Québécois sont très partagés sur la décision d'injecter des fonds publics dans un amphithéâtre à Québec. La moitié de la population désapprouve ce geste du gouvernement Charest et de la Ville de Québec, au coeur de l'actualité des dernières semaines.

Denis Lessard LA PRESSE

Mais la population est clairement opposée au projet de loi 204, qui soustrait l'entente entre Québec et Quebecor aux recours juridiques, une lecture qui vient appuyer l'opposition maintenue cette semaine par plusieurs députés péquistes et le représentant de Québec solidaire, Amir Khadir.

C'est ce qu'indique le sondage CROP réalisé lundi et hier auprès de 860 internautes. CROP observe que les Québécois se partagent en deux camps égaux (50%) sur le recours aux fonds publics pour cet équipement. Les gens très opposés sont plus nombreux que ceux qui y sont très favorables, à 26% contre 17%.

Selon le vice-président de CROP, Youri Rivest, ces chiffres indiquent que l'appui au projet est stable. Dans la région de Québec, on observe que 67% des répondants sont pour, un score comparable aux 65% qui disaient la même chose en février dernier.

Chez les péquistes, 65% appuient le financement public et 35% sont contre. Chez les électeurs souverainistes, on est encore au dessus de la moyenne québécoise, à 56% d'appuis.

Mais quand on aborde le projet de loi débattu cette semaine, le ton change. Pas moins de 60% des gens désapprouvent le projet de loi. La question de CROP faisait suite à la démission des députés Beaudoin, Lapointe et Curzi.

«Dans le fond, les gens sont d'accord avec la position des démissionnaires péquistes et d'Amir Khadir», résume M. Rivest. À cet égard, les électeurs souverainistes se situent dans les moyennes québécoises, mais les péquistes sont plus clairement pour le projet de loi 204, mis au réfrigérateur jusqu'en septembre prochain. Même chez les péquistes, les adversaires l'emportent à 53% contre 47%.

Dans la région de Québec, le clivage est clair: 50% des gens appuient le projet de loi et autant le réprouvent.