Les Montréalais devront aller sur les pentes de ski ou visiter de la parenté au nord ou dans l'est de la province s'ils souhaitent vivre un Noël blanc. Deux chutes de neige sont prévues d'ici le 25 décembre, mais celles-ci devraient bien vite s'effacer, prévoit Environnement Canada.

Mis à jour le 19 déc. 2011
Pierre-André Normandin LA PRESSE

«Il y a 30% de chances qu'on ait un Noël blanc et 70% que ce soit un Noël vert», évalue le météorologue Jacques de La Sablonière. «Tout espoir n'est pas perdu, mais ça ne regarde pas du bon côté pour Montréal et les régions au sud.»

Même si les Montréalais se réveillent aujourd'hui avec une faible précipitation de neige, ces 2 cm attendus devraient toutefois rapidement disparaître. Les températures doivent en effet passer au-dessus du point de congélation en fin d'avant-midi et s'y maintenir jusqu'en soirée. De plus, de la pluie est attendue en après-midi, ce qui devrait faire fondre le mince couvert blanc tombé en matinée.

Le même scénario devrait se répéter mercredi et jeudi alors qu'un deuxième système dépressionnaire est attendu. Les Montréalais rêvant d'un Noël blanc devront se croiser les doigts pour que celui-ci souffle un peu plus au sud que prévu, ce qui pourrait entraîner davantage de neige et faire baisser suffisamment le mercure pour laisser un manteau blanc sur la métropole pour le 25 décembre. À une semaine de Noël, les prévisions météo n'anticipent pas d'autre chute de neige d'ici la période des Fêtes.

Environnement Canada considère qu'il faut une accumulation d'au moins deux centimètres de neige pour vivre un Noël blanc, le gazon demeurant visible sous ce seuil. En 50 ans, Montréal a vécu 12 Noël verts. Le phénomène survient en général deux fois par décennie. Les années 90 auront toutefois été plus chaudes, l'absence de neige le 25 décembre au matin étant survenue à quatre reprises.

Le dernier Noël vert remonte à 2006. Ce mois de décembre avait été particulièrement chaud, affichant une température moyenne de -1,2 degré Celsius, soit cinq degrés au dessus de la moyenne. Selon les projections d'Environnement Canada, décembre 2011 devrait lui aussi être au-dessus de la moyenne saisonnière.

Du ski dans la moitié des stations

Malgré les faibles précipitations de neige sur le Québec depuis le début de l'hiver, un peu plus de la moitié des stations de ski étaient ouvertes cette fin de semaine. Le nombre de pistes accessibles reste limité, mais devrait augmenter tout au long de la semaine. Les températures basses enregistrées ces derniers jours ont permis aux canons à neige de s'activer et de préparer les pentes à la venue des skieurs et planchistes.

L'absence de neige ne fait pas que des malheureux. La Ville de Montréal pourrait économiser quelques millions en déneigement si la neige attend 2012 avant de s'installer. Chaque année, la métropole prévoit un budget de 150 millions pour déblayer les quelque 220 cm tombant en moyenne chaque hiver. Or, la Ville en avait seulement reçu 195 cm au début décembre.

En 2006, année du dernier Noël vert, Montréal avait reçu seulement 136 cm de neige, ce qui avait entraîné une facture de seulement 107,2 millions pour le déneigement. À l'inverse, les 422 cm tombés en 2008 avaient coûté 225,2 millions à enlever.

Noëls verts depuis 50 ans à Montréal

2006, 2002, 1999, 1998, 1996, 1994, 1988, 1982, 1979, 1971, 1967, 1964.

Source: Environnement Canada