Cette nuit, une femme d'Ottawa a diffusé la naissance de son troisième enfant chez elle, en direct sur le web. Près de 2000 personnes ont vu l'arrivée au monde, à 3h18, d'un petit garçon né avant même l'arrivée de la sage-femme.

Mis à jour le 16 oct. 2011
Isabelle Audet LA PRESSE

«Je suis sous le choc. C'est arrivé si vite!», a déclaré Nancy Salgueiro, une chiropraticienne de 32 ans, son nouveau-né en santé dans les bras.

Il y a des mois, Nancy a décidé que la naissance de son enfant se ferait publiquement. Dès 20h ce samedi, des milliers d'internautes ont pu assister aux contractions de la mère. Devant la caméra, la femme a fait des allers-retours dans la maison en compagnie de ses deux autres enfants, âgés de 5 et 2 ans, et de son mari.

Plus de 6000 personnes s'étaient auparavant inscrites sur une liste afin de recevoir un avis, par courriel, pour regarder l'accouchement. «Nous venons de terminer le souper. Vous êtes libres d'entrer nous voir», a écrit Nancy aux internautes.

L'unique but de Mme Salgueiro: faire la promotion des naissances à la maison, dans un milieu «moins froid, moins médicalisé». «Je sais que j'invite des inconnus dans mon intimité. Nous en sommes parfaitement conscients. Mais les autres doivent voir cette expérience. Ils ne savent pas ce qu'ils manquent», a-t-elle expliqué à La Presse une semaine avant l'accouchement.

Les internautes ont aussi pu clavarder pendant l'accouchement. «Ses gémissements sont si primaux. C'est magnifique!» a écrit une spectatrice au moment où les contractions ont culminé.

Lorsque Nancy s'est installée dans un bain, au milieu de son salon, des centaines de personnes ont tenté de deviner l'heure de la naissance et le sexe du bébé. Plusieurs lui ont écrit des messages d'encouragement.

Si certains internautes se sont questionnés sur les limites et le respect de la vie privée du nouveau-né, la majorité des «inconnus» invités à l'accouchement se sont dit ravis de l'expérience.

«Je ne veux pas faire un débat hôpitaux contre accouchement à la maison, a pour sa part conclu la jeune mère. Je veux juste montrer ce qu'une naissance peut être. Autrement.»