Cinquante ans après la création du signe «peace», La Presse survole quelques grandes dates du mouvement pour la paix.

LA PRESSE

1958

L'Anglais Gérald Holtom crée le logo «peace», qui est à l'origine un logo antinucléaire. Pour la petite histoire: le signe utilise les codes de communication de l'alphabet sémaphore pour inscrire les lettres D et N (désarmement nucléaire), la ligne droite symbolisant le D et le «V» à l'envers traduisant le N.

septembre 1961

Le drapeau arc-en-ciel «Pace» (paix en italien) fait son apparition pour la première fois lors d'une marche pour la paix en Italie. Ses couleurs arc-en-ciel symbolisent la convivialité des différences.

mai 1969

John et Yoko font leur bed-in pour la paix dans une suite de l'hôtel Reine-Elizabeth à Montréal. Le couple en profite pour enregistrer le succès Give Peace a Chance.

mai 1971

Cinq cent mille manifestants (hippies, objecteurs de conscience et vétérans) se rassemblent dans la capitale fédérale américaine pour dénoncer la guerre du Vietnam commencée en 1964.

janvier 1973

Les accords de Paris mettent fin à la guerre du Vietnam.

septembre 1982

Première Journée internationale de la paix. Depuis 2002, cette résolution de l'ONU est célébrée officiellement chaque 21 septembre.

mars 1986

Quelque 600 militants amorcent leur «grande marche pour la paix et le désarmement nucléaire», projet consistant à traverser l'Amérique à pied de Los Angeles à Washington. L'entreprise durera neuf mois. Dans les années 80, le mouvement antinucléaire regroupe un nombre imposant de protestataires dans le monde, notamment au Canada, où l'on milite contre les essais des missiles américains Cruise en sol canadien

février et mars 2003

Trois cent cinquante mille personnes manifestent dans les rues de Montréal pour marquer leur désaccord face à l'invasion américaine en Irak. Des millions de gens feront de même dans quelque 800 villes du monde.