Si tout se passe comme prévu, le célèbre Boomer fera aujourd'hui sa première apparition publique au Zoo de Granby. Mais tout dépendra de son humeur...

Mis à jour le 15 août 2008
Isabel Authier

Hier matin, les médias étaient invités à assister à la «répétition générale» mettant en vedette le charmant lionceau, arrivé au Zoo le 1er mai dernier après sa spectaculaire fugue de plus de 24 heures dans les environs de Maniwaki.

Vers 9h15, accompagné par deux gardiens, Boomer a pointé le bout de son museau dans l'exhibit extérieur des lions, les oreilles aux aguets.

Bien qu'il ait eu une réaction à la vue des quelques personnes présentes sur la passerelle d'observation, le petit lion s'est aventuré sur le terrain accidenté, découvrant son nouvel environnement avec curiosité. Étendu à l'ombre, un peu en retrait, Boomer a même grignoté une carcasse de lapin. En fait, les choses allaient tellement bien que les gardiens ont doucement quitté l'enclos, sans même qu'il ne s'en rende compte.

Hier, c'était sa quatrième sortie à l'extérieur. «On commence à l'intégrer tranquillement. Il y va pour peu de temps à la fois. La semaine dernière, il a à peine mis le nez dehors. On tente de le sécuriser en le faisant sortir avec ses gardiens», expliquait le directeur des soins animaliers, Alain Fafard.

Au début juillet, après sa période de quarantaine, Boomer avait pu intégrer ses quartiers intérieurs, non loin de ses congénères adultes, un mâle et trois femelles. Tout ce beau monde, toutefois, ne se côtoie jamais, à part quelques contacts visuels. Le mâle et deux femelles font peu de cas du «p'tit nouveau», mais la troisième femelle réagit bruyamment quand elle le voit, nous dit-on.

Ce dernier note que depuis l'arrivée de Boomer au Zoo, le personnel a tout fait pour lui redonner son instinct animal et le désensibiliser des humains. On sait que l'animal a été élevé dans une famille de l'Ontario, avant de prendre la fuite alors qu'il se faisait «garder» chez un ami de la famille.