D’ici 2030, le Québec s’est donné comme mission de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 37,5 % sous leur niveau de 1990. D’avoir 1,5 million de véhicules électriques en circulation. D’électrifier 65 % des autobus scolaires. L’atteinte de ces objectifs dépend notamment de l’exploitation et de la transformation de certains minéraux d’avenir également appelés les minéraux critiques et stratégiques. Voici quelques projets innovants qui contribuent à ce que la gestion de cette richesse collective respecte les meilleures pratiques de développement durable.

Publié le 29 oct. 2021

XTRA Qu’est-ce qu’un XTRA?

XTRA est une section qui regroupe des contenus promotionnels produits par ou pour des annonceurs.

Que sont les minéraux critiques et stratégiques ?

PHOTO : 5N PLUS

Le Plan québécois pour la valorisation des minéraux critiques et stratégiques 2020-2025 qualifie de « critiques » certains minéraux dont l’approvisionnement est essentiel à des secteurs clés de l’économie québécoise. Comme aucun substitut n’existe, de nombreuses entreprises en dépendent pour poursuivre leurs activités et fabriquer des biens. D’autres sont considérés comme « stratégiques » puisqu’ils représentent des matières premières nécessaires à la mise en œuvre de projets d’avenir du gouvernement provincial, notamment sur le plan de l’électrification des transports et de l’atteinte de la carboneutralité.

1. Production d’oxyde de scandium

PHOTO : RIO TINTO FER ET TITANE

Un procédé novateur signé Rio Tinto
En juin dernier, Rio Tinto Fer et Titane a inauguré une nouvelle usine de démonstration à Sorel-Tracy. Cette usine, construite au coût de six millions de dollars américains, utilise un procédé novateur permettant l’extraction d’oxyde de scandium de haute pureté à même les résidus issus de la production du dioxyde de titane, sans nécessiter d’extraire davantage de minerai. Le Québec se positionne ainsi comme le premier producteur d’Amérique du Nord pour ce marché de niche, étant même capable de répondre à environ 20 % de la demande mondiale.

Piles, lasers, produits d’éclairage et alliages
L’oxyde de scandium est nécessaire à la fabrication de certaines piles à combustible, de lasers et de produits d’éclairage. Son ajout à l’aluminium permet d’obtenir un alliage plus résistant, plus facile à souder et offrant de meilleures propriétés thermiques — des qualités recherchées dans la production de certains équipements sportifs ainsi qu’en aérospatiale.

2. Récupération de tellure dans les matières résiduelles

PHOTO : 5N PLUS

Valoriser les résidus des autres
Dans le cadre d’investissements de 8,5 millions de dollars à son usine de Montréal, l’entreprise 5N Plus a notamment implanté une technologie d’oxydation thermique permettant d’augmenter le taux de tellure récupéré des matières résiduelles. Il est prévu que cette augmentation de la capacité de production permettra à l’entreprise de répondre à 25 % de la demande mondiale de cette matière recherchée.

Haute technologie et énergies renouvelables
Le tellure est utilisé par les manufacturiers de certains semi-conducteurs et d’équipements de haute technologie en lien avec l’imagerie médicale et thermique. Il entre également dans la fabrication de panneaux solaires à haute performance.

3. Traçabilité des minéraux pour batteries

Preuve d’écoresponsabilité
L’organisation Propulsion Québec a proposé un projet pilote sur la traçabilité pour l’extraction et la transformation du graphite. Adopté plus globalement, un tel système pourrait permettre de démontrer l’écoresponsabilité des minéraux extraits et des composantes produites dans la fabrication de batteries, notamment celles utilisées par les constructeurs de véhicules électriques.

Un plus pour les sociétés
Lors de la sélection des entreprises composant leurs portefeuilles, les gestionnaires des fonds d’investissement responsable prennent en compte les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). La chaîne de traçabilité proposée par Propulsion Québec permet aux entreprises de démontrer leur conformité à ces exigences quant à l’approvisionnement des minéraux concernés.

Minéraux d’avenir : source de richesse collective et d’emplois de qualité
La place grandissante des minéraux d’avenir dans l’économie du Québec annonce des perspectives reluisantes en matière d’emploi. Il faudra former de la main-d’œuvre qualifiée en nombre suffisant pour combler les besoins des entreprises locales et répondre à la croissance de la demande mondiale. La création d’un réseau scientifique propre aux minéraux d’avenir facilitera le développement et la diffusion de technologies novatrices en lien avec l’extraction, le traitement, la transformation et le recyclage de ces matières, pour propulser les entreprises d’ici.

Enfin, la mise en valeur des minéraux d’avenir stimule la vitalité économique de plusieurs régions du Québec. Les projets miniers se concentrent surtout en Abitibi-Témiscamingue, sur la Côte-Nord et dans le Nord-du-Québec, tandis que la Montérégie, le Centre-du-Québec, Chaudière-Appalaches, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord et la grande région de Montréal accueillent de nombreux projets et usines de transformation.