• Accueil > 
  • XTRA 
  • > Connecter la Basse-Côte-Nord au reste du monde : un an après 

TELUS

Connecter la Basse-Côte-Nord au reste du monde : un an après

Une route numérique, invisible mais puissante, connecte désormais entre elles... (COURTOISIE DE TELUS)

Agrandir

COURTOISIE DE TELUS

Une route numérique, invisible mais puissante, connecte désormais entre elles les communautés dispersées sur l'immense territoire de la Basse-Côte-Nord. Mais au-delà de la fameuse pancarte qui annonce la fin de la 138, à Kegaska, toujours aucune route terrestre... Depuis un an, toutefois, les habitants de la côte - les Coasters - sont connectés au reste du monde grâce au réseau 4G LTE de TELUS. Déjà, les retombées de cette connectivité sont majeures. Pleins feux sur quatre témoignages locaux.

« Ça sauve des vies »

En octobre, de retour de Kegaska et naviguant prudemment vers La Romaine une fois la nuit tombée, Normand Bellefleur a vu son embarcation percuter violemment un haut-fond. Pour ne pas chavirer, il n'a eu d'autre choix que de plonger dans l'eau glacée et de gagner à la nage une île. Dans la poche de la personne qui l'accompagnait, une petite lueur d'espoir : un cellulaire.

« Si ce n'était pas du réseau cellulaire de TELUS, je ne serais pas en vie ici aujourd'hui pour vous conter mon histoire. »

-  Normand Bellefleur, directeur général du conseil de bande d'Unamen-Shipu (La Romaine)

Ce soir-là, Normand Bellefleur a pu appeler les secours. Cette mésaventure, si elle était survenue un an plus tôt, aurait pu connaître une fin funeste. Des heures se seraient écoulées avant que les autorités soient avisées de la disparition; de trop longues heures pour les naufragés, frappés d'hypothermie. « La connectivité, ça ne fait pas juste changer et améliorer des vies. Ça en sauve », confie Normand Bellefleur.

Les femmes innues, au-devant des changements numériques

À Pakua Shipu, les femmes innues font levier sur la récente connectivité, qui devient une vitrine, pour exporter et vendre leur art au-delà de leur village, campé à 550 km de Sept-Îles. En s'ouvrant au monde entier, elles sont devenues un moteur essentiel de l'activité économique de leur communauté. Animées par une fibre entrepreneuriale, elles poursuivent leur éducation par l'entremise d'outils numériques et multiplient les occasions d'affaires en misant sur leurs traditions.

« Notre artisanat a une vocation économique. Mais c'est aussi, pour nous, une façon d'assurer la pérennité de notre culture. C'est notre histoire et notre héritage que nous transmettons de génération en génération, et maintenant, nous pouvons le faire à haute vitesse et en abolissant les frontières. »

- Mary Mark, directrice générale du conseil de bande de Pakua Shipu

Valoriser les ressources de la mer et de la terre

La promesse de la connectivité haute vitesse dans la région aura donné un élan à la création d'une nouvelle entreprise. Kimberly Buffitt a dernièrement mis sur pied l'International Blue Cooperative, qui aide les communautés de pêcheurs à maximiser l'utilisation du poisson et d'autres ressources maritimes pour en faire des biens de consommation ou pharmaceutiques, ou encore du bioplastique. L'objectif : faire la promotion de pratiques maritimes durables pour stimuler les emplois de qualité et rendre la région la plus autosuffisante possible.

« Le développement de cette industrie bleue et des connaissances passe principalement par la recherche ainsi que par le partage et l'intelligence des données avec de grandes entités internationales. Sans réseau robuste, tout cela aurait été extrêmement pénible. »

- Kimberly Buffitt, directrice des opérations et de l'innovation pour la Coasters Association

La connectivité, porteuse d'espoir pour l'avenir

Quand il regarde clignoter les lumières des deux tours cellulaires et micro-ondes de 170 mètres érigées côte à côte, dans un paysage aussi accidenté que grandiose, le maire de Bonne-Espérance, Roderick Fequet, y voit un symbole fort : celui de la résilience de sa communauté. C'est aussi pour lui un signe d'espoir et de sécurité ainsi qu'un tournant décisif pour l'essor économique de toute la région.

« Ces tours - qui sont devenues emblématiques - permettent à nos jeunes de poursuivre leurs études sans quitter la région, et à nos centres de santé d'offrir de meilleurs soins à la population. Plus important encore : la connectivité solidifie notre tissu social et le mieux-être mental de notre société, nous connectant plus efficacement les uns aux autres. »

- Roderick Fequet, maire de Bonne-Espérance

Partager

La liste:-1:liste; la boite:2320429:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:2333426:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:2320468:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:2334608:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer