Designers, manufacturiers, intégrateurs, commerçants, sous-traitants : c’est toute une industrie qui s’est mobilisée dans les derniers mois pour aider les Québécois à traverser la crise sanitaire. La mode québécoise a montré de quoi elle est capable.

XTRA Qu’est-ce qu’un XTRA?

XTRA est une section qui regroupe des contenus promotionnels produits par ou pour des annonceurs.

Lorsque le Québec — comme le reste du monde — a été frappé de plein fouet par la pandémie, en mars dernier, plusieurs joueurs de l’industrie de la mode et du textile se sont relevé les manches sans attendre. Face à une crise d’approvisionnement sans précédent à l’échelle internationale, ces manufacturiers québécois ont redoublé d’ingéniosité pour transformer radicalement leurs lignes de production.

En un temps record, ils ont été en mesure de répondre aux besoins criants des secteurs privé et public. Pensons aux établissements de santé, qui peinaient à mettre la main sur l’équipement de protection si essentiel dans la lutte contre la COVID-19.

Un grand élan de solidarité

Ces professionnels du milieu de la mode se spécialisaient dans la confection de manteaux haut de gamme, de jeans, de tailleurs et d’autres articles. Du jour au lendemain ou presque, ils se sont mis à fabriquer des milliers d’unités d’équipement de protection individuelle (EPI) par jour. Au total, on dénombre des dizaines d’entreprises membres de Mmode, la Grappe métropolitaine de la mode, qui se sont mobilisées pour participer à l’effort sanitaire, afin de protéger le personnel soignant ainsi que les Québécois.

« Devant l’urgence d’agir et de contribuer concrètement à la lutte contre la COVID-19, nos entreprises ont dû procéder à d’importants investissements en équipement, en recherche et développement et en formation des équipes », souligne la directrice générale de Mmode, Debbie Zakaib.

Près de 11,3 millions de dollars ont été investis par ces manufacturiers seulement pour l’achat d’équipement et de machinerie. Ils ont ainsi pu produire plus de six millions de blouses de protection qui ont servi à assurer la santé et la sécurité de nos « anges gardiens » partout en province.

L’approvisionnement local : la clé

De PME à multinationales, elles ont été nombreuses les entreprises de ce secteur qui ont fait volte-face avec succès en pareilles circonstances : Vêtements Peerless, Logistik Unicorp, Joseph Ribkoff, Tristan, la Coop Couturières Pop, etc. Par exemple, dans les usines de Quartz Co., le personnel a été rappelé pour prêter main-forte devant l’ampleur de la crise. Sous ses mains habituées à confectionner des manteaux d’hiver, des vêtements médicaux certifiés ont pris forme.

Chez Vêtements Wazana — une entreprise montréalaise qui se consacrait exclusivement au denim avant la pandémie —, l’investissement en infrastructures et en équipement manufacturier à lui seul s’est élevé à près de 3 millions de dollars. La PME a transformé son usine de jeans beauceronne, reconnue pour ses Yoga Jeans, en manufacture de blouses médicales.

« Ce qu’a révélé la crise d’approvisionnement que l’on a connue lors de la première vague de la pandémie, c’est l’importance de pouvoir compter sur une production locale afin d’éviter une pénurie, estime Debbie Zakaib. Avec sa grande agilité et sa capacité d’innovation, l’industrie a développé rapidement un nouveau créneau d’expertise prometteur pour l’avenir. »

Engouement pour les masques québécois

Pendant cette période, de nombreux acteurs de l’industrie se sont quant à eux employés à réduire la propagation du virus dans la population en confectionnant des masques communautaires. Ainsi, ce sont plus de 250 entreprises du secteur de la mode qui ont détourné leurs opérations habituelles pour fabriquer ou distribuer des masques non médicaux.

« Les designers et les détaillants québécois ont fait preuve de créativité et d'agilité pour répondre rapidement à la demande grandissante de la population pour des couvre-visages, soutient Debbie Zakaib. Continuer d’acheter local, c’est aussi une façon directe de les remercier. »

Découvrez des masques communautaires conçus ici

Ensemble face à l’incertitude

Si cet effort de mobilisation collectif a permis à plusieurs PME de maintenir des emplois dans une période où leurs activités connaissaient une halte brusque, il n’en demeure pas moins que le tout s’est joué dans un contexte de grande incertitude. En trame de fond : la pénurie de main-d’œuvre qui touchait déjà le secteur, la grande rareté des matières premières destinées à la fabrication d’EPI, la fermeture prolongée des commerces de détail et la préoccupation constante de procurer un environnement de travail sécuritaire aux employés.

En première ligne pour épauler les acteurs de l’industrie, Mmode a pu constater l’ampleur des efforts déployés par ces professionnels. L’OSBL, qui vise notamment à favoriser la collaboration et l’innovation au sein de l’écosystème, ne peut que se réjouir du rôle essentiel qu’ont joué — et que continuent de jouer — ses membres en se serrant les coudes pour protéger le Québec.