Les frontières terrestres entre le Canada et les États-Unis sont ouvertes aux voyages non essentiels depuis le 8 novembre, mais plusieurs questionnements demeurent. Notre collaboratrice, qui s’est rendue à New York récemment, vous aide à vous préparer pour votre prochaine escapade.

Publié le 30 nov. 2021
Catherine Maisonneuve collaboration spéciale

Qu’est-ce qui a changé à la douane depuis la réouverture de la frontière terrestre ?

Presque rien. L’attente lors de notre passage au poste de Saint-Bernard-de-Lacolle, soit le vendredi matin suivant la réouverture de la frontière terrestre (le 12 novembre dernier), était de moins de 15 minutes. Les États-Unis ne requièrent pas de preuve de test de COVID-19 négatif pour traverser la frontière terrestre, contrairement à la frontière aérienne. Il suffit donc de présenter ses deux passeports (de voyage et vaccinal) pour entrer chez nos voisins du Sud en voiture.

Est-ce le même processus si l’on voyage en avion ou en voiture ?

À l’aller, non. Au retour, oui. Pour se rendre aux États-Unis en avion, il faut présenter une preuve de test de COVID-19 négatif réalisé au plus tard 72 heures avant l’entrée au pays, en plus du passeport vaccinal. Le test à l’aller n’est toutefois pas requis lorsqu’on se déplace en voiture. Mais que l’on voyage en avion ou en voiture, le processus demeure le même lors du retour au Canada. Il faut présenter une preuve de test moléculaire (PCR) négatif, réalisé au plus tard 72 heures avant le retour (sauf pour les courts séjours, voir question suivante) et son passeport vaccinal, sans oublier de télécharger et d’entrer ses renseignements dans l’application ArriveCAN. C’est en fait pour cette raison que le passage à la douane est beaucoup plus long au retour qu’à l’aller, surtout par voie terrestre. Si le formulaire ArriveCAN n’est pas rempli au préalable, le douanier le fera pour vous, mais le processus sera beaucoup plus long. Nous avons compté 10 minutes au poste frontalier pour chaque voiture, et aucun des voyageurs ne semblait au courant de l’obligation de devoir remplir ce formulaire. Et peu importe que vous arriviez au Canada par avion ou par voiture, vous pouvez toujours être sélectionné pour vous soumettre à un test d’arrivée aléatoire obligatoire. Soyez averti !

Quelle est la nouvelle règle pour les courts séjours à l’étranger ?

Le 19 novembre dernier, le gouvernement du Canada a annoncé qu’une preuve de test de COVID-19 négatif ne sera plus requise pour les séjours à l’étranger de moins de 72 heures. La nouvelle mesure entrera en vigueur à compter du 30 novembre. Au-delà de 72 heures, les mêmes mesures énoncées ci-dessus demeurent.

PHOTO LINDSAY DEDARIO, ARCHIVES REUTERS

Il est possible d’obtenir un test PCR gratuitement dans plusieurs États américains.

Où puis-je faire mon test PCR une fois aux États-Unis ?

Prenons l’exemple de New York, qui est extrêmement bien organisé depuis la reprise touristique, et plus particulièrement pour le retour des Canadiens. Des cliniques mobiles sont installées un peu partout dans la ville et offrent des tests sur place, sans rendez-vous — et oui, c’est gratuit, citoyen américain ou pas ! Il suffit de trouver la clinique mobile la plus près et de s’y rendre. Sur place, pour réaliser le test, le passeport n’est pas requis ni la carte d’assurance maladie ; il suffit de remplir le formulaire, d’y inscrire ses coordonnées, et le tour est joué. Le résultat vous est ensuite acheminé en 48 heures, garanti, par courriel ou par texto. Il ne nous aura toutefois fallu que 24 heures pour recevoir nos résultats. Bon à savoir : plusieurs États américains offrent également le service de tests gratuits pour tous, dans le cadre du programme « Community-Based Testing » mis en place par le gouvernement américain pour permettre à tout individu de se faire tester pour la COVID-19. Les voyageurs qui le préfèrent peuvent aussi trouver une clinique privée, où le résultat est souvent garanti en 24 heures.

Est-ce que le résultat du test effectué sans frais aux États-Unis est accepté par les douaniers canadiens ?

Oui. Comparativement aux tests offerts gratuitement dans le réseau de la santé québécois (au Québec, toute personne souhaitant obtenir un dépistage en prévision d’un voyage doit se diriger vers un laboratoire privé), les résultats de tests, qu’ils aient été effectués au privé ou au public aux États-Unis, sont acceptés par les douaniers canadiens. Au Québec, le gouvernement n’offre pas le service aux voyageurs. De plus, les tests réalisés dans le système public ne remplissent pas les exigences nécessaires pour voyager. La preuve de test négatif doit contenir les informations suivantes : nom complet, date et heure de prélèvement, résultat du test et nom de la clinique.

Qu’arrive-t-il si on a un test positif à la COVID-19 ? Peut-on prolonger son séjour et repousser son retour ?

Les règles varient selon l’État visité, mais, dans le cas de New York, le gouvernement prend en charge le voyageur dès la réception d’un résultat positif et se charge du transfert, sans frais, vers un hébergement accrédité jusqu’à ce que le voyageur obtienne un résultat de test négatif et puisse retourner à la maison. Les compagnies aériennes ont également modifié leurs politiques depuis la reprise touristique et les modifications de billets sont de plus en plus faciles à effectuer. Nous vous recommandons tout de même de vérifier avant d’acheter votre billet d’avion. Et, aussi, avant de partir, vérifiez si vous êtes couvert par vos assurances en cas d’urgence médicale à destination.