Certains pays commencent à s’ouvrir aux touristes. Il serait toutefois préférable d’attendre un peu avant de sauter dans un avion et de s’envoler vers l’étranger.

Marie Tison
Marie Tison La Presse

Le plus sage serait probablement de commencer à planifier les vacances de 2022 dès maintenant parce que les Européens et les Américains ont déjà entrepris de faire des réservations plus de 12 mois d’avance.

« Traditionnellement, on réserve son voyage de l’été entre janvier et mars, note Loïc Di Dio, directeur adjoint de Voyageurs du monde Canada. Mais cette année, ça ne va pas marcher. On peut être encore prudent, voir comment la situation va évoluer, mais n’attendons pas au mois de janvier pour réserver l’été 2022. »

L’Europe risque notamment d’être très recherchée. M. Di Dio évoque les Européens eux-mêmes, comme les Français, les Allemands, les Italiens et les Britanniques, qui voyagent énormément sur leur continent. Il faudra également tenir compte des Américains, pour qui l’Europe représente une destination particulièrement importante.

Le fondateur de Karavaniers, Richard Rémy, s’attend également à une ruée sur certaines destinations. « Je ne sais pas quand ça va commencer, affirme-t-il. Ça va dépendre du degré de confiance. Quand il va revenir, ça va se bousculer. »

Pour encourager les réservations à long terme, les agences d’ici ont passé les derniers mois à négocier avec leurs différents partenaires pour offrir des conditions de réservation et d’annulation plus souples.

Toutefois, certains passionnés de voyages sont impatients et lorgnent du côté de 2021, surtout à la vue de pays qui se déconfinent et qui commencent à accueillir les voyageurs. On pense notamment à la Grèce, qui a suspendu l’obligation d’une quarantaine pour les visiteurs d’une douzaine de pays. Il suffit de présenter un certificat de vaccination, un test récent négatif ou une preuve de guérison de la COVID-19.

Certains pays se montrent accueillants depuis un bon moment déjà.

Il y a le Mexique, qui accepte les voyageurs, le Costa Rica, la Tanzanie ou le Portugal. Mais est-ce qu’au printemps 2021, c’est le meilleur temps d’y aller ? Je ne suis pas certain.

Loïc Di Dio, directeur adjoint de Voyageurs du monde Canada

« Dans le meilleur des cas, je regarderais plutôt du côté de septembre 2021 pour voyager à l’étranger, et ce, idéalement, pour les personnes qui ont reçu les deux doses du vaccin. »

Chez Karavaniers, on ne pense pas organiser de voyages à l’étranger l’automne prochain. On a cependant des idées pour Noël 2021. « Je pense notamment à des endroits comme le lac Powell [dans le Sud-Ouest américain] et Baja California [au Mexique] », indique Richard Rémy.

Ne pas répéter les mêmes erreurs

PHOTO PRAKASH MATHEMA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Népal accueillait les touristes étrangers ce printemps, jusqu’à ce qu’une recrudescence de la COVID-19 force le pays à fermer ses frontières.

Il ne faut pas hâter les choses. Quelques agences étrangères regrettent probablement d’avoir envoyé des clients au Népal ce printemps. Les exigences d’entrée étaient minimales, mais subitement, au cours des dernières semaines, la situation sanitaire s’est aggravée et le gouvernement népalais a carrément mis fin aux vols internationaux. Le camp de base de l’Everest serait aux prises avec une éclosion de COVID-19, une information que Katmandou refuse de confirmer.

« Pour nous, il n’était pas question de retourner au Népal, même si c’est un endroit que j’aime beaucoup, indique M. Rémy. Pour 2022, l’Himalaya, ce n’est pas gagné encore. »

Les dernières nouvelles sur l’efficacité des vaccins encouragent toutefois le fondateur de Karavaniers. « On ne savait pas si on pouvait transmettre le virus en étant vacciné. Tu as beau être protégé, si tu le transmets à destination, c’est problématique sur le plan éthique. La bonne nouvelle, c’est que ça semble encourageant. »

Il rappelle toutefois qu’Ottawa demande toujours aux Canadiens d’éviter les voyages non essentiels. En outre, il est toujours nécessaire d’observer une quarantaine de 14 jours de retour au Canada.

Loïc Di Dio note que les Américains commencent à discuter de l’ouverture de la frontière entre les deux pays, ce qui permettrait de constituer une bulle nord-américaine. L’Europe pourrait suivre.

« Il faudra accepter que les restrictions soient levées graduellement : on ne peut pas espérer zéro restriction en 2021, c’est une utopie, affirme M. Di Dio. Il y aura quelques restrictions, comme la distanciation et le port du masque pendant quelque temps. »

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

L’Italie est aussi en voie de s’ouvrir aux visiteurs d’ailleurs.

Il croit toutefois qu’il sera possible de voyager dans de bonnes conditions. Par exemple, dans les plans de déconfinement en Europe, on voit que les salles à manger des restaurants pourront rouvrir, probablement à capacité réduite.

Il existe des sites internet qui permettent de connaître les restrictions dans les différents pays. L’Association internationale du transport aérien offre de l’information récente sur un grand nombre de pays à partir d’une carte interactive. Elle est toutefois en anglais uniquement, tout comme celle du site de Kayak.

On peut se tourner du côté du site du gouvernement canadien pour avoir l’information en français.

Consultez le site du gouvernement du Canada Consultez le site de l’Association internationale du transport aérien (en anglais) Consultez le site de Kayak (en anglais)