À défaut de pouvoir s’aventurer vers le pôle Nord pour chasser les aurores boréales, on peut en observer en temps réel, grâce à des caméras du Centre d’études nordiques de Churchill, au Manitoba.

Violaine Ballivy Violaine Ballivy
La Presse

Les représentations de ce spectacle naturel sont évidemment imprévisibles, sans horaire fixe, mais la fin de l’hiver et le printemps sont particulièrement favorables à l’observation d’aurores boréales, explique-t-on sur le site explore.org, qui diffuse les images en continu.

Ceux qui n’ont pas la patience d’attendre qu’une aurore pointe le bout de son nez devant la caméra pourront se rabattre sur les images des plus belles danses lumineuses captées au cours des derniers jours.

Le site propose par ailleurs d’observer — avec une vidéo en continu — plusieurs autres phénomènes, animaux, rituels, un peu partout sur la planète : un catalogue à parcourir au gré de ses envies et des saisons.

> Consultez le site explore.org (en anglais)