L’itinéraire de vol comprend une longue escale. Ça peut être ennuyeux. Ou ça peut être l’occasion rêvée de passer quelques heures passionnantes à visiter une capitale réputée ou une cité méconnue.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

« On peut en profiter pour faire plusieurs voyages dans le même voyage, pour voir d’autres endroits », suggère Isabelle St-Amand, propriétaire de l’agence Espace Voyages, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Souvent, on n’a pas besoin de se préoccuper de ses bagages puisqu’ils sont enregistrés jusqu’à la destination finale. Si ce n’est pas le cas, il est souvent possible de les laisser dans une consigne.

Il y a cependant quelques règles à suivre. Il faut notamment s’assurer que l’on a suffisamment de temps pour se rendre en ville. Les aéroports sont rarement situés à proximité des attractions touristiques.

Si on a une escale de trois à quatre heures à Paris, c’est vraiment trop court. Il ne faut pas commencer à penser aller voir la tour Eiffel.

Isabelle St-Amand, propriétaire de l’agence Espace Voyages

Il faut tenir compte du temps de transit vers le centre-ville, mais aussi des délais pour repasser à la sécurité au retour à l’aéroport. Parfois, il faut compter sur une escale d’au moins 10 heures pour être pleinement à l’aise avec l’idée de sortir de l’aéroport pour aller explorer le centre-ville et visiter quelques musées.

« Si on rate son vol, on peut réussir à se faire mettre sur un autre vol le lendemain, mais c’est risqué, indique Mme St-Amand. On peut se retrouver avec une autre classe tarifaire et devoir débourser un supplément. »

Il est toutefois possible de prévoir le coup et de s’organiser dès le départ pour avoir une longue, longue escale : 24 heures, 72 heures, plus encore. Parfois, il ne sera pas nécessaire de débourser quoi que ce soit pour avoir cet avantage. Toutefois, il faudra probablement passer par un agent de voyages pour organiser un tel itinéraire.

« Nous avons la possibilité de voir les restrictions et les conditions, explique Mme St-Amand. Je dois le faire par téléphone directement avec les lignes aériennes, je ne peux même pas le faire avec le système. Je ne vois pas comment quelqu’un en ligne pourrait le faire. »

À la limite, un client pourrait organiser un tel itinéraire directement avec son transporteur aérien, mais en cas de pépin, une faillite du transporteur par exemple, il ne pourrait pas bénéficier d’un remboursement en vertu du fonds d’indemnisation des clients d’agence de voyages.

Un client pourrait aussi utiliser les moteurs de recherche pour réserver divers segments, mais il risquerait alors de devoir payer un peu plus cher.

« Nous pouvons parfois faire cela sur un seul billet, ce qui est intéressant », affirme Mme St-Amand.

Il faut aussi s’assurer d’avoir les documents nécessaires pour quitter la zone sécurisée d’un aéroport. Un voyageur en transit n’a pas nécessairement besoin d’un visa pour effectuer une correspondance dans un pays, mais ce document pourrait être nécessaire pour sortir de l’aéroport et visiter la métropole locale. 

Trucs et conseils pour neuf escales de rêve

PHOTO LAURA-JULIE PERREAULT, ARCHIVES LA PRESSE

La Villa Vizcaya est située au bord de la baie de Biscayne.

Miami

Les vols en direction de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud passent souvent par l’aéroport de Miami. Une petite visite à la Villa Vizcaya, un manoir bâti en 1916 et transformé en musée, peut permettre de passer agréablement les heures d’attente entre deux vols. À partir de l’aéroport, il suffit d’emprunter la ligne orange du Metrorail, de descendre à la station Vizcaya et de marcher une quinzaine de minutes. Pour ceux qui préfèrent la plage, on peut prendre le Miami Beach Airport Express pour quelques heures de relaxation. Le tarif pour cet autobus et le Metrorail n’est que de 2,25 $ US l’aller simple.

> Consultez le site de la Villa Vizcaya (en anglais) : https://vizcaya.org/

> Consultez le site du comté de Miami-Dude (en anglais) : http://www.miamidade.gov/transportation-publicworks/routes_detail.asp?route=150

Paris

PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Musée du Louvre, à Paris

Une petite promenade dans le jardin du Luxembourg. Une visite nostalgique au cimetière du Père-Lachaise. Un peu de culture au Musée du Louvre. Un p’tit café sur une terrasse. Les idées ne manquent pas pour remplir quelques heures à Paris. Il faut une quarantaine de minutes à bord du RER B pour se rendre de l’aéroport Charles-de-Gaulle au centre de Paris. L’aller simple coûte un peu plus de 10 euros. Il y a une consigne à l’aéroport, au terminal 2, à quelques mètres de la gare du RER qui permet de se délester de ses bagages pour errer à sa guise dans les rues de la capitale française.

Istanbul

PHOTO YASIN AKGUL, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Istanbul

Istanbul est une ville fabuleuse, à la rencontre de l’Europe et de l’Asie. Les personnes qui voyagent avec Turkish Airlines et qui ont une escale de six heures ou plus ont droit à une visite guidée gratuite de la ville. Ils peuvent notamment voir la forteresse de Yedicule et les murs de Constantinople ou visiter le palais Dolmabahçe. Un visa de tourisme est nécessaire, mais celui-ci peut être obtenu en ligne. Les personnes plus aventureuses peuvent prendre l’autobus à partir de l’aéroport d’Istanbul, puis le métro, pour visiter à leur guise des sites renommés comme le grand bazar, le musée Hagia Sophie et la Mosquée bleue. Le tarif est imbattable, soit moins de 2 $ CAN, mais le trajet peut prendre 45 minutes. Il peut être préférable de se payer un taxi à 25 euros l’aller simple.

Doha

PHOTO GETTY IMAGES

Doha est la principale plaque tournante de Qatar Airways.

Doha est la principale plaque tournante de Qatar Airways. Il peut être intéressant de profiter d’une longue correspondance pour visiter la capitale du Qatar, située sur le bord du golfe Persique. Qatar Airways a mis en place un programme d’escale prolongée pour 2020.

Les voyageurs qui transitent par Doha peuvent demeurer une nuit dans un hôtel quatre étoiles pour 23 $ US. Ils peuvent demeurer jusqu’à trois nuits supplémentaires, mais le tarif est alors un peu plus élevé (165 $ US pour quatre nuits, ce qui n’est quand même pas excessif). Les voyageurs ont alors la possibilité de visiter à leur aise le souk Waqif et le Musée d’art islamique, ou encore de se payer une petite excursion dans le désert. Les voyageurs avec un peu moins de temps (mais avec une correspondance d’au moins cinq heures) peuvent se joindre à une visite guidée qui leur coûtera environ 27 $ CAN.

> Consultez le site de Qatar Airways : https://www.qatarairways.com/en/offers/qatar-stopover.html

Londres

PHOTO ANDREW TESTA, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Le palais de Westminster, à Londres

Pour se rendre au centre de Londres à partir de l’aéroport d’Heathrow, il suffit de prendre le métro (la ligne Piccadilly) et de cheminer pendant environ 45 minutes. Il existe un train express beaucoup plus rapide, avec un trajet de 15 minutes, mais beaucoup plus cher : 25 livres l’aller simple au lieu de 6 livres pour le métro. On peut profiter d’une escale pour se payer une visite guidée organisée par London Walks. Ces visites, en anglais, portent sur une variété de sujets, depuis Jack l’Éventreur jusqu’au Londres d’Harry Potter. Pas besoin de réserver, il suffit de se rendre au point de rendez-vous et de verser 10 livres au guide. Et bien sûr, avec de grands musées comme le British Museum et le Victoria and Albert Museum, des lieux incontournables comme la tour de Londres, Big Ben et le palais de Westminster, il y a de quoi s’occuper.

> Consultez le site de London Walks (en anglais) : https://www.walks.com/

Amsterdam

PHOTO KOEN VAN WEEL, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Une femme admire l’un des sept tableaux de Vincent van Gogh intitulés Les tournesols, au musée portant le nom du célèbre peintre et dessinateur néerlandais, à Amsterdam.

Amsterdam est une ville charmante à découvrir à pied, avec ses canaux et ses maisons étroites. Elle compte également des musées remarquables, comme le musée van Gogh et le Rijskmuseum, qui abrite notamment des chefs-d’œuvre de Rembrandt et de Vermeer. La maison d’Anne Frank est également un incontournable. À l’aéroport Schiphol, il suffit d’emprunter un escalier mécanique pour descendre à la gare et prendre le train pour le centre d’Amsterdam. Le trajet d’une quinzaine de minutes coûte un peu plus de 5 euros l’aller simple.

> Consultez le site de GetYourGuide : https://www.getyourguide.fr/

Chicago

PHOTO ALYSSA SCHUKAR, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Chicago est reconnu pour sa fabuleuse architecture urbaine. Une belle façon de l’apprécier est de se payer une petite croisière guidée, un périple de 75 minutes qui peut coûter autour de 60 $ CAN.

L’aéroport international O’Hare est une importante plaque tournante, notamment pour les transporteurs American Airlines et United. C’est aussi une ville reconnue pour sa fabuleuse architecture urbaine. Une belle façon de l’apprécier est de se payer une petite croisière guidée, un périple de 75 minutes qui peut coûter autour de 60 $ CAN. À partir de l’aéroport, il est très facile de se rendre au centre-ville de Chicago en empruntant le train de la ligne bleue du métro. À la station Grand, il suffit de faire une petite marche d’une quinzaine de minutes pour atteindre le quai de départ de la croisière.

Atlanta

PHOTO DAVID GOLDMAN, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Un dauphin du Georgia Aquarium d’Atlanta

L’aéroport international Harstfield Jackson d’Atlanta est une importante plaque tournante pour Delta Air Lines. Une escale de quelques heures permet notamment d’aller visiter le très réputé Georgia Aquarium d’Atlanta. On peut y voir des milliers de poissons, mais aussi des bélugas, des dauphins, des otaries, des loutres et des manchots. À partir de l’aéroport, il suffit de monter à bord du métro MARTA et de cheminer une vingtaine de minutes jusqu’à la station Peechtree Center. L’aquarium est à 10 minutes de marche. Le tarif est de 2,50 $ US l’aller simple pour le métro.

> Consultez le site du Georgia Aquarium (en anglais) : https://www.georgiaaquarium.org/

Vancouver

PHOTO GETTY IMAGES

Le parc Stanley, à Vancouver

Il arrive souvent qu’un itinéraire vers l’Asie comprenne une escale de plusieurs heures à Vancouver. C’est l’occasion d’aller prendre une grande bouffée d’air au parc Stanley, ou encore d’aller visiter le quartier historique de Gastown ou le quartier chinois, un des plus gros en Amérique du Nord. Un train rapide, Canada Line, permet de relier l’aéroport au centre-ville de Vancouver en moins de 30 minutes. Plusieurs attractions se trouvent à distance de marche. On peut se procurer une carte de 15,50 $ pour pouvoir emprunter le système de transports en commun de Vancouver pendant une journée entière.