Rien n'arrête ces nomades nouveau genre. Ni le désert, ni le terrorisme, ni les zones de conflits, ni les épidémies. Sont-ils fous ? Inconscients ? Quelques exemples à suivre... ou pas.

Publié le 4 mai 2016
Fabienne Couturier LA PRESSE

TOURISTE SUR LA LIGNE DE FEU

En 2013, le Japonais Toshifumi Fujimoto avait fait les manchettes du monde entier parce qu'il jouait les touristes sur les lignes de front en Syrie, histoire d'ajouter un peu de piquant à sa morne vie de camionneur. Aux dernières nouvelles, il visait l'Afghanistan...

>>>Lisez l'histoire de M. Toshifumi.

EN VACANCES À LA GUERRE

Le Britannique Andrew Drury ne conçoit plus ses vacances autrement que sur une ligne de feu. Somalie, Syrie, Afghanistan, si ça chauffe, il y va. Il a déclaré à CNN que les habitants des zones de guerre réservent un accueil hors du commun aux touristes, qu'ils perçoivent comme une rare manifestation de normalité dans le chaos qui les entoure.

170 000 km en tuktuk

Après avoir travaillé comme volontaires au Viêtnam et au Cambodge, quatre jeunes Français ont décidé de rentrer chez eux... en tuktuk ! Leur épopée, qui a duré six mois, visait à faire la promotion de l'ONG Enfants du Mékong. Ils viennent de mettre en ligne la vidéo de leur aventure sur leur blogue.

>>>Consultez le site de Facteurs du Mékong.

UN PORTUGAIS AUTOUR DU MONDE

Né au Portugal en 1980, João Leitão vit depuis 2007 au Maroc, où il exploite une maison d'hôte avec sa soeur. Et il voyage. Il a traversé le Sahara en mobylette, parcouru l'Afghanistan et l'Irak seul en voiture, exploré la Corée du Nord, donné à manger à des hyènes en Éthiopie, visité Tchernobyl... Nommez-le, il l'a fait.

>>>Consultez le site de M. Leitão.