Le soleil brille, les couleurs des feuilles sont encore éclatantes, c’est le moment idéal pour une petite randonnée dans les Laurentides. Pas besoin d’aller bien loin : on passe Mirabel, puis Saint-Jérôme, puis l’aire de restauration de la Porte du Nord, et on s’arrête immédiatement après, à Prévost.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

On se stationne à l’ancienne gare et on peut s’engager immédiatement sur les sentiers de la réserve naturelle Alfred-Kelly. Déjà, ça sent bon la forêt. Alors que le sentier s’éloigne de la route, le bruissement des feuilles remplace le vrombissement des voitures.

La réserve naturelle Alfred-Kelly, qui appartient à Conservation de la nature Canada, protège environ 500 hectares de forêts, de milieux humides et de falaises escarpées. Les randonneurs sont les bienvenus, pourvu qu’ils respectent certaines règles (laisser pitou à la maison et circuler uniquement dans les sentiers identifiés, notamment).

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

L’automne est le moment idéal pour visiter la réserve naturelle Alfred-Kelly.

Certains de ces sentiers sont historiques : ils ont été tracés dans les années 20, 30 et 40 par des légendes du ski de fond, comme Herman « Jackrabbit » Smith-Johannsen, ou des clubs sportifs de l’époque. C’est le cas du premier sentier qu’on emprunte à partir de l’ancienne gare de Prévost, baptisé MOC, pour McGill Outdoors Club.

Le sentier monte tranquillement dans une forêt de hêtres, d’érables et de bouleaux pour rejoindre le sentier du mont Shaw. Contrairement au MOC, ce sentier est tout neuf.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le tout nouveau sentier du mont Shaw a été construit grâce à un don d’un citoyen, Andrius Knystautas.

Voici pourquoi : il y a environ 18 mois, un citoyen de Prévost, Andrius Knystautas, a fait don d’un terrain de 10 acres à la réserve. Ce n’était pas un très grand terrain, mais il avait une importance particulière parce qu’il comprenait le sommet du mont Shaw, une colline qui surplombe la route 117. On a aménagé un nouveau sentier pour remplacer les vieux sentiers un peu anarchiques qui existaient jusqu’alors.

Le nouveau sentier débouche au sommet, où trône un gros rocher. Les randonneurs qui ont des notions d’escalade peuvent le gravir pour avoir une vue sur Prévost et les collines environnantes. 

Les randonneurs plus terre à terre ne sont pas en reste : ils n’ont qu’à parcourir une dizaine de mètres pour avoir une aussi belle vue sans risquer de se casser le cou.

De retour sur MOC, on peut se diriger vers un des plus beaux attraits de ce secteur de la réserve naturelle Alfred-Kelly : le lac du Paradis. Un sentier en fait le tour. Les randonneurs ne sont pas seuls : ici, un tamia rayé court sur le sol ; là, un écureuil noir grimpe sur un arbre.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le lac Paradis est en fait un étang artificiel, maintenant bien apprécié de la faune locale et des randonneurs.

En s’approchant de la berge, on peut admirer, de l’autre côté du lac, les falaises qui s’élèvent au-dessus d’arbres aux feuilles vertes, jaunes, orange ou rouges. Sur l’eau placide, des feuilles de nénuphar tentent de se convaincre que c’est encore l’été.

Le lac du Paradis est en fait un étang artificiel, créé dans les années 40 afin de servir de réservoir d’eau potable. Le sentier passe d’ailleurs sur les vestiges du barrage qui a créé l’étang.

Le lac ne sert plus de réservoir, mais il sert maintenant d’habitat pour de sympathiques bestioles comme le ouaouaron et la tortue peinte.

Après avoir parcouru le sentier du Tour du lac, on peut allonger la randonnée en contournant les falaises pour monter en haut de l’escarpement par un sentier bien civilisé. Il y a un petit point de vue qui permet de contempler le mont Shaw. Il y a toutefois bien des arbres dans le chemin : plus l’automne avancera, plus les feuilles tomberont, plus la vue sera dégagée. 

Il y aura des avantages à la fin de l’automne.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Des berges du lac Paradis, on peut admirer les falaises de la réserve naturelle Alfred-Kelly.

Les falaises accueillent à la fin de l’hiver et au printemps des faucons pèlerins, mais pour l’instant, il n’y a pas de rapaces à l’horizon.

La petite randonnée se termine avec un retour à l’ancienne gare. Mais elle aurait pu se prolonger vers le secteur Piedmont, en empruntant des sentiers patrimoniaux comme JE (Johannsen East) et Wizzard, qui mènent notamment à des zones marécageuses. Des stationnements du côté de Piedmont permettent d’accéder à ce secteur plus directement.

Il y a d’autres sentiers de randonnée dans la réserve naturelle du Parc-des-Falaises, dans le même massif, mais un peu plus au nord, à Saint-Hippolyte. Cette petite réserve est la propriété du Comité régional pour la protection des falaises. L’espoir, c’est qu’un jour, avec l’acquisition de terrains supplémentaires, les deux réserves se toucheront.

Mais pour l’instant, il y a suffisamment de sentiers de randonnée pour s’amuser longtemps, à seulement 60 kilomètres de Montréal.

Consultez le site de la réserve Alfred-Kelly : http://www.natureconservancy.ca/fr/nous-trouver/quebec/projets-vedettes/laurentides/escarpements-de-piedmont-et-de-prevost.html

Consultez le site de la réserve du Parc-des-Falaises : http://www.parcdesfalaises.ca