(Wolfville) Ça devait être un arrêt de deux jours, en route vers la « vraie » destination du voyage, la côte atlantique de la Nouvelle-Écosse. Un arrêt pour les parents, amateurs de bouffe et de vin, requérant une petite dose de patience pour les enfants. Mais finalement, tout le monde a adoré. Aperçu d’une destination, Wolfville, qui nous prend par les sentiments.

David Santerre David Santerre
La Presse

Un paysage sculpté par les marées

PHOTO DAVID SANTERRE, LA PRESSE

Le front de mer, ou de boue, de Wolfville à marée très basse

À une heure et quart au nord-ouest d’Halifax, Wolfville borde le bassin des mines, grand plan d’eau situé à l’est de la baie de Fundy et ses marées parmi les plus intenses du monde — une amplitude de 10 à 16 mètres dans le bassin. Surprise en arrivant, puisqu’on ne pensait qu’au vin : la ville est magnifique. Construite par les Français dans les années 1600, la bourgade de 4000 habitants dégage une atmosphère détendue et raffinée avec ses cafés, ses microbrasseries, son front de mer (ou de boue rouge à marée basse). Une vibe pas étrangère au campus de l’Université Acadia, avec ses bâtiments anciens et monumentaux dans un immense parc fleuri. La nature environnante en impose aussi avec le cap Split ou les balades à marée basse au pied du cap Blomidon.

Le garde-manger

PHOTO DAVID SANTERRE, LA PRESSE

Aux environs de Wolfville, la nature est superbe.
Ici, une balade à marée haute au pied du cap Blomidon.

Wolfville et ses environs sont le garde-manger de la province (pour ce qui vient de la terre). Ce qui nous amène au raisin. Ça ne fait pourtant pas longtemps qu’il y pousse — une quinzaine d’années —, mais ces jeunes vignes donnent des vins d’une remarquable maturité. La vigne pousse essentiellement dans l’étroite vallée qui longe la rivière Gaspereau, derrière Wolfville, ou encore en bord de mer, où l’effet de la marée et de sa brise donnent un tout autre caractère au vin. On y travaille tant des cépages vinifera classiques, pinot noir ou riesling, que des hybrides, comme l’acadie blanc. Le climat et le terroir donnent aux blancs un caractère particulièrement fringant, acidulé, tout indiqué pour la production d’effervescents. Mais il ne faudrait pas réduire les vins du cru aux (excellentes) bulles. Il y a aussi le Tidal Bay, une appellation locale qui donne des vins peu alcoolisés et un brin sucrés parfaits pour accompagner les fruits de mer locaux.

Quelques domaines à visiter

Lightfoot & Wolfville

PHOTO DAVID SANTERRE, LA PRESSE

Les vignes de Lightfoot & Wolfville

À deux pas du centre-ville, ce domaine aux vignes en pente vers le bassin est le fruit du travail de quatre générations. « On a toujours été fermiers. On a eu des fruits, puis on a encore des vaches et des porcs dans la forêt entre la vigne et la berge », raconte Rachel Lightfoot. Les premières vignes ont été plantées il y a une dizaine d’années. Il y en a aujourd’hui sur 40 acres. Les Lightfoot y cultivent une multitude de cépages qui donnent des bulles de haute voltige, mais aussi des tranquilles fort bien faits comme un étonnant chardonnay musqué bien tonique. La dégustation sur place d’un pinot noir issu de toutes jeunes vignes de trois ans nous a soufflés, tant il était complexe. Ça promet. Le domaine compte un restaurant bien sympa où les pizzas sur feu de bois sont un régal, notre coup de cœur étant celle aux palourdes locales dégustée avec le chenin de la maison.

Consultez le site de Lightfoot & Wolfville : https://lightfootandwolfville.com/

Blomidon

PHOTO DAVID SANTERRE, LA PRESSE

Le domaine Blomidon

Juste en face, de l’autre côté du bassin, les vignes de Blomidon ont pratiquement les pieds dans l’eau ou dans le sable. « Quand les glaciers se sont retirés d’ici, ils ont envoyé la roche du côté de Wolfville et nous ont laissé le sable. On est sur des dunes », explique Simon Rafuse, qui veille sur les 35 acres de vigne. Gros coup de cœur ici pour le pet nat Ancestral, fait de pinot noir rosé et de pinot meunier vinifié en grappes entières. Vineux, légèrement tannique, épicé, hyper frais. Mention spéciale à la cuvée l’Acadie, issue du cépage hybride du même nom, une bulle de méthode traditionnelle croquante, citronnée et un brin herbacée.

Consultez le site de Blomidon : https://blomidonwine.ca/

Benjamin Bridge

PHOTO DAVID SANTERRE, LA PRESSE

Les vignes de Benjamin Bridge

C’est le plus connu des domaines de la province, le seul dont les vins se trouvent à la SAQ. Cultivées en bio, les vignes du domaine Benjamin Bridge, créé en 1999, poussent pour la plupart dans la vallée de Gaspereau. Aux commandes, le maître des bulles, le Québécois Jean-Benoit Deslauriers. Quelques vins tranquilles intéressants, riesling et cabernet franc notamment. Mais la spécialité de la maison reste les bulles, dont la gamme est passablement étendue. Pour vous y initier, la cuvée non millésimée, issue d’un assemblage de vins de 2002 à 2016 pour la cuvée actuelle, se trouve à la SAQ. Du bonheur pour l’apéro.

Consultez le site de Benjamin Bridge : https://www.benjaminbridge.com/

Benjamin Bridge NV, 29,95 $ (13593239)

Consultez la fiche de la SAQ : https://www.saq.com/page/fr/saqcom/vin-mousseux/benjamin-bridge-nv/13593239

L’Acadie

PHOTO DAVID SANTERRE, LA PRESSE

Le domaine L’Acadie se targue d’être le premier dans la province
à avoir cultivé du raisin bio. En résultent de magnifiques mousseux.

Pas bien loin dans la même vallée se trouve cet autre domaine emblématique qui se targue d’être le premier dans la province à avoir cultivé du raisin bio. Le mousseux issu du cépage homonyme, L’Acadie, est un vin gastronomique qui a accompagné les homards du coin avec brio.

Consultez le site du domaine L’Acadie : http://www.lacadievineyards.ca/

D’autres domaines à visiter

Domaine Grand Pré

Luckett Vineyard

Gaspereau Vineyard 

En trouver au Québec ?

Benjamin Bridge se trouve à la SAQ.

Blomidon est représenté par l’agence Les Vieux Garçons. Vous pouvez acheter leur vin de la même façon que pour des vins en importation privée en contactant l’agence.