Le quotidien français Le Monde a décrété que le Nouveau-Brunswick était LA destination à voir cette année. Nous sommes allés voir pourquoi.

Silvia Galipeau Silvia Galipeau
La Presse

Robert Skinner Robert Skinner
La Presse

Une semaine chrono. C’est le temps que nous nous sommes donné pour découvrir les secrets les mieux gardés du littoral du Nouveau-Brunswick. De Saint John à Miscou, en passant par Moncton, Cap-Pelé et Shippagan, nous avons découvert un panorama de décors et d’activités, de quoi dépayser et surtout faire saliver les plus sportifs, artistes et gourmands qui sommeillent en chacun de nous. Adultes et enfants confondus. Road trip au pays des plus hautes marées du monde (et bien plus encore).

JOUR 1 

Le réveil de Saint John

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

City Market

Pour comprendre pourquoi il faut voir ce petit bout du monde, à quelque huit heures et demie de route de Montréal, nous avons choisi de commencer par Saint John. Outre les fameuses chutes réversibles qui en font la renommée (à voir à marée haute), la ville possède un dynamisme culturel et culinaire insoupçonné. En fait foi une petite virée au joli City Market, l’un des plus vieux marchés de fermiers au pays (1876), unique avec son haut plafond en forme de coque de bateau renversé. Vous trouverez ici, en plus de plusieurs artisans, boucheries et poissonneries d’usage, la fameuse dulse, algue séchée que les locaux grignotent apparemment comme des chips, chez Slocum & Ferris (l’un des plus vieux commerces du marché). Si c’est bon ? « C’est bon pour vous ! », vous répondra-t-on énigmatiquement. À quelques pas de là, le quartier Quality Block (sorte de mini Mile End, qui fait office de centre-ville) propose aussi maintes belles découvertes. Il faut savoir qu’un terrible incendie a ravagé la ville en 1877 (épargnant miraculeusement le fameux marché). Son « downtown », autour du port, n’a même jamais été reconstruit. Tout se passe donc ici : « uptown » dans le fameux Quality Block, qui profite depuis peu d’un nouveau souffle. De bombreux jeunes restaurateurs y défendent les saveurs locales, une petite galerie expose de jeunes créateurs, et les microbrasseries bourgeonnent (Big Tide, Picaroons, etc.). Un dynamisme notable, quand on sait que la ville compte à peine 70 000 habitants.

Bonnes adresses

Le marché : City Market

Consultez le site du City Market (en anglais)

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Gilliane Nadeau, propriétaire et guide de Uncorked tours

Pour les gourmands : Uncorked Tours, une visite à pied des meilleures adresses de fruits de mer, bars à vin et microbrasseries en ville. Deux heures. 74 $ par personne (nourriture et alcool inclus).

Consultez le site du Uncorked Tours (en anglais)

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Le Dark & Stormy, cocktail à base de rhum et de ginger beer, avec jus de gingembre, lime et mélasse du Nouveau-Brunswick, signé Port City Royal

Port City Royal : pour ses cocktails originaux aux ingrédients locaux

Consultez le site du Port City Royal (en anglais)

JOURS 2 et 3

Virée plein air dans la baie de Fundy

Après la ville, la baie. Direction Saint Martins (jadis un haut lieu de la construction maritime), pour voir de visu l’effet des fameuses marées sur le littoral, lesquelles peuvent atteindre, tenez-vous bien, jusqu’à 16 mètres de haut, soit l’équivalent d’un immeuble de quatre étages. Non, ce n’est pas rien. Et, oui, c’est impressionnant. Mais attention, soyez vigilants en vous promenant ici dans les cavernes creusées par les vagues, car si les marées sont fortes, elles sont aussi rapides, avançant (ou reculant) à un rythme de plus de 1 mètre toutes les 15 minutes. Il n’est pas rare de voir des touristes se retrouver malgré eux les pieds dans l’eau. Prévoyez des chaussures de circonstance, sans oublier le chasse-moustiques !

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Parc national Fundy

Ne ratez pas ensuite le fameux Fundy Trail Parkway (25 km de route, 10 $ par adulte, gratuit pour les enfants, une petite dépense que vous ne regretterez pas), une route panoramique et sinueuse unique comptant plus de 20 magnifiques points de vue sur la baie et ses falaises, à couper le souffle. Idéale pour jeunes familles ou amateurs de plein air chevronnés (les sentiers proposés allant ici de quelques centaines de mètres à 41 km, chemins sauvages escarpés et traverses de ruisseaux inclus !). Les enfants (et les grands) pourront s’amuser des heures à chercher ici les uniques « wishing rocks » qui se cachent sur les (nombreuses) plages colorées. Apparemment, ces jolis cailloux munis d’une ligne blanche portent bonheur. Un souvenir précieux à rapporter dans sa valise.

Bonnes adresses

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

The Caves

The Caves : pour son fameux Seafood Chowder, généreux en fruits de mer, et sa vue imprenable sur les cavernes

Consultez le site de The Caves (en anglais)

Parc national Fundy : un parc plus vert que vert, le paradis des amateurs de plein air, qui pourront dormir dans l’un de ses nombreux campings

Consultez le site du Parc national Fundy

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Octopus Garden Cafe

Octopus Garden Cafe : dans le joli village d’Alma, tout juste à la sortie du camping, pour un délicieux café, des croissants maison, même des pâtes fraîches faites sur place. En plus de l’habituel poisson frais du jour.

Consultez la page Facebook du Octopus Garden Cafe

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Rochers Hopewell

Rochers Hopewell : à deux heures de Saint Martins, le site (payant) permet de se promener entre les « pots de fleurs » et autres rochers sculptés par l’érosion. Excursions en kayak à marée haute.

Consultez le site du parc des rochers Hopewell

JOUR 4

Virée plage

Après ces belles randonnées, une journée plage est tout indiquée. Et méritée. Or, c’est bien connu, le Nouveau-Brunswick, avec ses 2000 km de côtes, compte bon nombre de plages magnifiques, à l’eau salée la plus chaude au pays. Parmi celles-ci : la plage Parlee, à 25 minutes de Moncton, ou, plus familiale (mais de plus en plus populaire), la plage de l’Aboiteau, à Cap-Pelé. Cette dernière détient une certification qui garantit la qualité de son eau. Avis aux intéressés : à quelques minutes de là en voiture, à côté du casse-croûte du quai Aboiteau, vous trouverez un autre accès moins connu et certes plus sauvage à cette même étendue de plage, avec la même eau, le même vent chaud, le même sable fin, la même aire de jeu immense, libérée par la marée basse, le tout gratuit cette fois. De rien.

Conseil d’ami : en roulant par ici, prenez garde aux orignaux. Ils sont nombreux et les accidents, tout autant. En moyenne, 400 automobilistes sont victimes d’une collision avec un orignal par année dans la province. Entre Shediac et Dieppe seulement, on compte jusqu’à un accident par semaine.

Bonnes adresses

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Seau de fruits de mer du casse-croûte du quai Aboiteau

Casse-croûte du quai Aboiteau : pour son seau de fruits de mer cuits à la vapeur, lequel contient quatre homards, trois crabes, deux maïs, etc. C’est bon, c’est frais et c’est franchement copieux. À déguster sur la terrasse sur le toit, le vent dans les cheveux, avec vue sur la baie.

Consultez le site du Casse-croûte du quai Aboiteau

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Pakoras du Calactus

Calactus : si vous faites un détour par Moncton, cette jolie adresse végétarienne propose entre autres des végéburgers et de délicieux pakoras, avec sauce épicée.

Consultez le site du Calactus

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Brasserie Pump House Brewery, à Moncton

Pump House Brewery : toujours à Moncton, ne ratez pas cette populaire microbrasserie locale pour sa bière aux bleuets ou encore sa Radler au pamplemousse et à la tangerine, idéale pour un après-midi ensoleillé d’été.

Consultez le site du Pump House Brewery (en anglais) 

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Caitlin Wilson et sa mère, Cheri, au marché de Dieppe

Marché de Dieppe : le samedi matin, faites ce léger détour pour une omelette au homard, pétoncles ou crabes, ou surtout un saucisson de la Ferme du Diamant, charcuterie traditionnelle française, produite localement.

Consultez le site du marché de Dieppe

JOURS 5, 6 et 7 

Virée acadienne

« C’est pas la skirt qu’j’aime pas, c’est la way qu’à hang. » À répéter plusieurs fois, rapidement, pour comprendre l’accent unique, charmant et surtout totalement dépaysant qui résonne par ici. Après Moncton, donc, direction la pointe nord-est de la province, afin de découvrir tout ce que l’Acadie a à offrir, de Caraquet au phare de Miscou, en passant par Paquetville et Shippagan. Le saviez-vous ? Bien au-delà du folklore, la région grouille d’activités et surtout de modernité. Pour les sportifs, pensez kitesurf et stand-up paddle (SUP). Côté cuisine : oubliez les patates en rang, pensez plutôt homards, crabes, huîtres et caviar. Pourquoi pas avec un gin épicé local ? Parlant de fruits de mer, en vous promenant sur les quais, que ce soit à Caraquet ou à Shippagan, toutes les heures de la journée, n’hésitez pas à vous approcher pour jaser avec les homardiers ou les crabiers. Ils se feront un plaisir de vous montrer leurs prises en vous expliquant leur métier. Au cours de notre passage, un bateau de pêche avait à bord pas moins de 40 000 crabes. Oui, 40 000 ! Non mais qui dit mieux ?

Bonnes adresses

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Village historique acadien

Village historique acadien : non loin de Caraquet, ce village (composé presque exclusivement de bâtiments d’origine, déménagés pour la cause) propose un voyage dans le temps, dans le quotidien acadien, de 1770 à nos jours. Les enfants adoreront se promener librement entre les maisons, en plus d’interagir avec les personnages, plutôt bien campés dans leurs rôles.

Consultez le site du Village historique acadien

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Nouvo Caveau, à Paquetville

Nouvo Caveau : ne vous laissez pas rebuter par le coin (sorte de boulevard Taschereau déserté, la rue principale de Paquetville) et entrez sans hésiter pour découvrir un menu à base de produits d’ici (gravlax d’omble chevalier, salade de betteraves, crevettes et pétoncles épicés, sans oublier le cocktail incontournable, L’Orange du Roy, à base de gin local).

Consultez le site de Nouvo Caveau

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Aquarium et centre marin du Nouveau-Brunswick, à Shippagan

Aquarium et centre marin du Nouveau-Brunswick : le saviez-vous ? Vous avez 1 chance sur 3 millions de trouver un homard bleu, vert, voire jaune, une coloration due à une anomalie génétique. Le petit aquarium, en partenariat avec les pêcheurs du coin, en compte quelques-uns. À voir une journée de pluie.

Consultez le site de l'Aquarium et centre marin

Destinations 2019

Le quotidien français Le Monde établit chaque année depuis 2016 une série de destinations à voir. Après Le Cap, en Afrique du Sud, l’an dernier, c’est à l’Acadie que reviennent les honneurs cette année, devant la Camargue (en France), les îles Goto, Katmandou ou même New York. Dans son article publié en janvier, le journal a vanté la « nature époustouflante » de la région, mais aussi « l’héritage du peuple acadien », sans oublier sa « parlure chaleureuse ». 

Les coûts de déplacement de ce voyage ont été en partie financés par le ministère du Tourisme du Nouveau-Brunswick, qui n’a exercé aucun droit de regard sur le contenu du reportage.