C’est bien connu, la bière est probablement la plus rafraîchissante des récompenses après une activité en plein air. Il y a quelques années, l’éditeur suisse Helvetiq a eu l’idée géniale de concevoir de petits guides associant randonnée et microbrasseries, d’abord en Suisse, en Belgique, en France et en Bavière, mais aussi au Colorado et dans le nord-ouest des États-Unis. C’est au tour du Québec d’avoir droit à son guide Randos bière, fruit de cinq mois de travail de la rédactrice, blogueuse et amoureuse de bière Bianca Pomerleau.

Pierre-Marc Durivage
Pierre-Marc Durivage La Presse

« Le déclic s’est fait quand j’ai couvert, en 2019, le lancement du livre Randos bière en France pour mon blogue de voyages La Grande Déroute, se rappelle la jeune autrice. Je me suis aussitôt dit : “Ça prend ça au Québec, ça presse !” » Quelques mois plus tard, elle s’est retrouvée à parcourir les routes de la province, en quête d’endroits où conclure une belle randonnée avec une bonne bière.

Observatrice intéressée du milieu brassicole depuis 20 ans, Bianca a éliminé d’emblée les microbrasseries qui n’avaient pas de lieux de dégustation, mis à part quelques rares exceptions. « J’ai ensuite regardé s’il y avait de belles possibilités de randonnée à proximité, explique-t-elle. Pour les parcours urbains, j’ai choisi des micros qui se trouvent directement sur le parcours. »

La jeune femme de Québec a ainsi visité près de 90 microbrasseries, mais elle devait arrêter son choix sur 40 itinéraires. Elle a volontairement fait l’effort d’inclure quelques microbrasseries méconnues, ce qui explique l’absence de plusieurs brasseries en vogue. « Il y a des micros que j’adore qui ne sont pas dans le livre, mais il y a des endroits comme Broue Malt, à Saint-Donat, ou la Grange Pardue, à Ham-Nord, où l’accueil, la bouffe et la bière sont tellement bons. Il y avait ce défi de faire découvrir des choses aux amateurs. »

Rando d’abord, bière ensuite

  • Bianca Pomerleau confie en fin d’ouvrage ses coups de cœur, à la fois au niveau des microbrasseries que des randonnées. Le mont Ham et la Ferme brassicole La Grange Pardue s’y retrouvent tous les deux.

    IMAGE FOURNIE PAR QUÉBEC AMÉRIQUE

    Bianca Pomerleau confie en fin d’ouvrage ses coups de cœur, à la fois au niveau des microbrasseries que des randonnées. Le mont Ham et la Ferme brassicole La Grange Pardue s’y retrouvent tous les deux.

  • Plusieurs microbrasseries méconnues, comme Le Secret des Dieux, de Pohénégamook, se retrouvent dans le livre Randos bière au Québec.

    IMAGE FOURNIE PAR QUÉBEC AMÉRIQUE

    Plusieurs microbrasseries méconnues, comme Le Secret des Dieux, de Pohénégamook, se retrouvent dans le livre Randos bière au Québec.

  • La microbrasserie Le Prospecteur, de Val-d’Or, est le coup de cœur brassicole de Bianca Pomerleau.

    IMAGE FOURNIE PAR QUÉBEC AMÉRIQUE

    La microbrasserie Le Prospecteur, de Val-d’Or, est le coup de cœur brassicole de Bianca Pomerleau.

1/3
  •  
  •  
  •  

La randonnée est toutefois la véritable raison d’être de l’ouvrage de 320 pages ; les itinéraires sont décrits en détail et accompagnés de jolies photos, avec tous les détails nécessaires répertoriés dans des fiches techniques faciles à consulter. Pour encore plus de détails, les fichiers GPX peuvent même être téléchargés à partir du site quebec-amerique.com.

L’idée de jumeler le parcours avec une microbrasserie permet toutefois de sortir des sentiers battus, on peut ainsi découvrir de nouveaux horizons de randonnée. Les sentiers proposés sont pour la plupart accessibles, les plus courts comptant un peu moins de 5 km alors que les plus longs oscillent autour de 20 km.

Je donne plus d’informations sur les randonnées que sur les brasseries, c’est davantage un livre de rando à la base.

Bianca Pomerleau

« J’ai fait toutes les randonnées du livre, j’en ai fait plus que nécessaire, certaines sont d’ailleurs restées non écrites, ajoute-t-elle. Peut-être que je pourrai les inclure dans une seconde édition du livre, qui sait ? »

Cela permettrait aussi d’ajouter certaines régions qui ont été oubliées par l’autrice, semble-t-il pour des raisons logistiques. Ainsi, on ne trouve aucune proposition de randonnée en Montérégie et dans la grande couronne de Montréal, malgré la présence de nombreuses microbrasseries. Les escapades détaillées dans le bouquin impliquent donc souvent des déplacements plus ou moins importants, sauf si on fait exception des parcours urbains proposés à Montréal et à Québec.

L’amour de la bière

À la lumière de tout ça, à qui le livre est-il destiné au juste ? « Je m’adresse à quiconque apprécie la randonnée, mais pas nécessairement celui qui en fait déjà régulièrement, nous répond Bianca tout de go. C’est aussi destiné aux gens qui aiment la bière, bien sûr. En fait, j’aimerais qu’à la lecture du livre, les gens se mettent à la randonnée ou qu’ils développent leur intérêt pour la bière ! » En parcourant plus de 20 000 km en auto et près de 485 km à pied en préparation de son livre, c’est exactement ce qui est arrivé à l’autrice, d’ailleurs.

« Rouler 200 km aller-retour pour aller visiter une nouvelle micro, je le faisais déjà, reconnaît-elle. Mais là, j’ai rencontré la majorité des brasseurs, et le fait de les voir me parler de leurs produits, ça m’a donné le goût d’en savoir davantage sur ce qui se passe dans les cuves.

« Toutefois, la randonnée s’est installée dans ma vie avec ce livre-là, confie-t-elle. J’ai fait trois ou quatre randonnées par semaine à cause du livre, c’est un intérêt qui est devenu une passion, j’en fais de plus en plus et elles sont de plus en plus longues. Une chose est sûre, je ne me ferai pas prier pour faire d’autres livres sur la randonnée ! »

Randos bière au Québec

Randos bière au Québec

Québec Amérique

321 pages