Tout au long de l’été, La Presse vous propose des activités d’une journée inspirées par les éléments.

Lila Dussault
Lila Dussault La Presse

Il est facile d’oublier que Laval est situé dans une île. Si les habitations cossues tendent à dissimuler les berges, un nouveau circuit à parcourir à vélo, à pied ou en auto permet de (re)découvrir la troisième ville du Québec en matière de population, au fil de l’eau.

Une brise folâtre entre les branches des saules, des nuages forment une mosaïque au-dessus de l’eau, une jeune femme lit en se faisant bronzer sur la plage sablonneuse : la berge aux Quatre-Vents, sur le bord de la rivière des Mille Îles, dans Laval-Ouest, est un lieu enchanteur.

À quelques pas, le Centre d’interprétation de l’eau de Laval a installé l’une des 16 bornes informatives de son circuit intitulé Rallye des rivières. Celui-ci relie, pour la première fois, des parcs et des berges tout autour de Laval, dans le but de rappeler son histoire maritime et l’importance de protéger l’eau. Nouveauté en 2021 : une application mobile — géoréférencée et gratuite — est offerte pour accompagner la visite. Une sorte de musée à ciel ouvert, pour redécouvrir les rivières de ce milieu essentiellement urbanisé.

  • Circuit découverte des berges à Laval, grâce à l’application mobile Rallye des rivières, pour visiter les différentes bornes touristiques sur le bord de l’eau

    PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

    Circuit découverte des berges à Laval, grâce à l’application mobile Rallye des rivières, pour visiter les différentes bornes touristiques sur le bord de l’eau

  • Un arbre sculpté par Richard Lamothe à la berge aux Quatre-Vents, dans Laval-Ouest

    PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

    Un arbre sculpté par Richard Lamothe à la berge aux Quatre-Vents, dans Laval-Ouest

  • Des chiens font connaissance à la plage de la berge aux Quatre-Vents.

    PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

    Des chiens font connaissance à la plage de la berge aux Quatre-Vents.

1/3
  •  
  •  
  •  

On y apprend, notamment, qu’il était possible de se baigner ici dans les années 1950. La plage a dû être fermée 20 ans plus tard, comme les 21 autres disséminées dans l’île Jésus, à cause de la contamination de l’eau. Un projet de réouverture est en cours. Principal frein : les excréments d’oiseaux ! On regarde soudain le groupe d’outardes, qui patauge gaiement dans l’eau peu profonde en compagnie d’un héron, avec un regard différent.

Courtiser les cyclotouristes

À l’ouest, la prochaine borne, celle de Laval-sur-le-Lac, est à 2,3 km, soit une dizaine de minutes à pédaler sur une piste cyclable bien aménagée dans un quartier aux maisons de plus en plus imposantes. Petit bémol : aucun panneau routier ne permet de s’orienter. Il faut donc suivre son GPS et, peut-être, prévoir un support à téléphone cellulaire pour son vélo. Une batterie pleine est aussi recommandée, car l’application mobile est plutôt énergivore.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Un cycliste à l’entrée de Laval-sur-le-Lac, sur le chemin que parcourt le Rallye des rivières

Le circuit total autour de l’île est de 110 km, soit une grosse journée à vélo, même pour les plus motivés. Pour le terminer, mieux vaut prévoir deux jours.

Tourisme Laval espère que ce parcours aidera à bonifier l’offre touristique. En attendant, le choix d’hébergement directement sur le circuit est plutôt limité. Il n’y a aucun camping dans l’île Jésus.

À Terrebonne, de l’autre côté de la rivière des Mille Îles et près d’une des bornes additionnelles du réseau, se trouve le camping au Plateau 5 étoiles. De ce côté-ci, l’auberge-restaurant Menus-Plaisirs, dans le Vieux-Sainte-Rose, peut être une option intéressante. Le long du parcours à Ste-Dorothée, le Fabreville Chambres et Suites est une autre possibilité. Laval offre aussi plusieurs options hôtelières, incluant le nouveau Grand Hôtel Times. Autre option : se tourner vers Airbnb.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Borne du Rallye des rivières à Laval-sur-le-Lac

Le parcours n’a pas à être fait d’un seul coup. Il peut se faire quelques bornes à la fois, puisque chaque lieu a son propre caractère. La borne de Laval-sur-le-Lac, sur le bord d’une marina abritant des yachts, dévoile l’histoire prospère et la vision féérique du lac des Deux Montagnes. L’application invite, quelques minutes plus loin, à rejoindre l’île Bizard grâce au Paule II, un traversier qui franchit le cours d’eau grâce à un système de câbles.

Six kilomètres plus loin, la borne de la berge Couvrette, dans le quartier beaucoup plus modeste de Sainte-Dorothée, est située dans un bois… où fument quelques jeunes. La rivière des Prairies se découvre de l’autre côté d’un petit sentier. Puis, l’application propose de visiter vignobles et maraîchers des environs. Pour poursuivre vers la berge des Cageux, 7 km plus loin, il faut parcourir le boulevard Samson et enjamber l’autoroute 13. L’endroit permet de comprendre l’histoire du commerce du bois de la région, et ainsi de suite.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Borne de la berge Couvrette du Rallye des rivières de Laval

En famille, quelques bornes à la fois

Une version familiale de l’application mobile est aussi offerte. Plus ludique, elle est déployée de façon interactive, avec des jeux-questionnaires, des vidéos, des suggestions d’activités et des « quêtes », c’est-à-dire des morceaux d’histoire qu’on peut accumuler au fil des bornes. Cet été, des commerçants des environs pourraient même offrir des cadeaux à ceux qui réussissent les « quêtes ».

L’application espère aussi bientôt présenter une expérience de réalité virtuelle augmentée. Dans le style de Pokémon Go, une loutre, une tortue et un poisson seront visibles sur l’écran du téléphone. Ces animaux pourront accompagner les familles dans leur parcours.

Consultez le site du Rallye des rivières

Repères

Quoi : circuit à vélo, en moto, en auto ou à pied autour de l’île de Laval

Où : le parcours peut commencer à n’importe laquelle des bornes situées sur les berges de la rivière des Mille Îles ou de la rivière des Prairies, grâce à l’application mobile CIEAU, offerte pour Android ou iOS, en français, en anglais et en version familiale.

Pour qui : entre adultes ou en famille. Avec des enfants, on peut faire quelques bornes à la fois, parcourir quelques kilomètres à vélo, ou se donner le défi de faire toutes les bornes au cours de l’été.

Combien : gratuit

Quand : en tout temps