C’est un projet de pandémie. Un vieux rêve. Mais aussi un projet de vie. Et maintenant, ce pourrait être votre projet de vacances, aussi.

Silvia Galipeau
Silvia Galipeau La Presse



Sarah Morissette a perdu son emploi l’été dernier, pour les raisons que l’on sait. Si elle mijotait depuis longtemps l’idée de travailler un jour dans l’industrie du tourisme, disons qu’elle s’est ressaisie assez vite, merci.

« Au début de la vingtaine, se souvient la dynamique quadragénaire, j’ai fait un cours comme agente de voyages. » Pour quand elle « serait vieille », raconte-t-elle en riant. Après avoir travaillé 20 ans à la promotion dans une station de radio, elle a vu ses plans bousculés. Et pas pour le pire.

Non, elle ne s’est pas exactement transformée en agente de voyages. Mais elle offre désormais du rêve sur deux roues. Et en couleurs, par-dessus le marché. Comment ? En louant deux, bientôt trois petites roulottes vintage, de marque Boler. Après les avoir retapées et redécorées, il va sans dire.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Après avoir perdu son emploi l’été dernier, Sarah Morissette s’est lancée dans la rénovation de roulottes Boler à des fins de location.

« Ça me tente », s’est-elle dit, après un premier « flip » de roulotte, réalisé à temps perdu l’été dernier. « J’ai toujours été très débrouillarde. » Débrouillarde et en prime aventurière, un brin bohème. Le projet lui ressemble d’ailleurs pas mal : Sarah Morissette est partie seule en Colombie, a parcouru le Belize sac au dos, dormi dans le désert à Joshua Tree, même été en Haïti à plusieurs reprises. Elle a aussi fait le tour de l’Islande en fourgonnette, avec son conjoint, dans le temps où l’on voyageait encore. « Personnellement, j’aime voyager différemment… » Et proposer des séjours « différents », pourrait-elle maintenant ajouter.

Sa première roulotte, elle l’a achetée en mai dernier. C’est la rose bonbon, une Boler 1980, à laquelle elle a donné beaucoup d’amour, pendant pas moins de cinq mois. « Les magasins étaient fermés, glisse-t-elle, alors ça m’a retardée. La tapisserie, ça n’est pas “essentiel” ! » Qu’à cela ne tienne, elle a fait appel à tous ses contacts, et usé de ses talents innés de designer (merci, Pinterest !) pour changer l’image du véhicule : un ami ébéniste a fait les armoires en bois, sa tante couturière a cousu les coussins, son oncle électricien l’a aidée avec l’électricité, et la tante de son conjoint a même découpé les rideaux ! « Ç’a vraiment été une affaire de famille ! »

Sans parler du travail réalisé sur la coquille, les fenêtres, les pneus à changer, et bien sûr le tout à repeindre. « J’avais du temps ! », sourit-elle, d’un air entendu.

  • La Boler rose bonbon date de 1980.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

    La Boler rose bonbon date de 1980.

  • À l’intérieur, un lit deux places, et une petite table, qui peut se transformer en canapé

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

    À l’intérieur, un lit deux places, et une petite table, qui peut se transformer en canapé

  • Le souci du détail est évident : guirlande, plantes et autres objets de déco meublent la miniroulotte.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

    Le souci du détail est évident : guirlande, plantes et autres objets de déco meublent la miniroulotte.

1/3
  •  
  •  
  •  

À la fin de l’été, Sarah Morissette a mis la main sur une deuxième roulotte, la turquoise, un véhicule un peu plus ancien, de 1974. Elle l’a aussi retapée (et carrément « pimpée ») de fond en comble, avec une décoration distincte, sur la même note festive et estivale que la première.

Une troisième (1972) s’est ensuite ajoutée au parc de véhicules (une jaune flash, en rénovation ces jours-ci) qui, rêve-t-elle, devrait se gonfler encore dans les années à venir.

Objectif ? Louer les véhicules pour des séjours variés (minimum deux nuits, la rose étant louée un mois complet cet été, pour vous donner une idée), mais aussi, éventuellement, offrir des séjours plus courts sur son terrain, pour une expérience moins mobile, mais aussi dépaysante.

  • La Boler turquoise, datant de 1974

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

    La Boler turquoise, datant de 1974

  • À l’intérieur, un mini lit superposé (pour jeune enfant seulement) se transforme facilement en canapé.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

    À l’intérieur, un mini lit superposé (pour jeune enfant seulement) se transforme facilement en canapé.

  • La table peut accueillir quatre personnes. Elle se métamorphose aussi en petit lit deux places.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

    La table peut accueillir quatre personnes. Elle se métamorphose aussi en petit lit deux places.

1/3
  •  
  •  
  •  

Expérience Boler

C’est ce que nous avons testé le week-end dernier, par un beau samedi ensoleillé. En direct sur son terrain, dans un champ de Lanoraie, à moins d’une heure de Montréal.

Ça saute aux yeux : le travail de décoration a été fait avec minutie et bon goût. Le souci du détail est évident : ici, une (fausse) plante, là une guirlande, un joli coussin, c’est beau, et on s’y sent bien. On se croirait presque dans une maison de poupées.

Évidemment, il faut aimer les petits espaces, et être prêt à une certaine promiscuité, qui n’est pas sans rappeler celle de l’intérieur des bateaux. Ici, mêmes astuces pour transformer une table en lit, en deux temps, trois mouvements, littéralement. Parlant de lit, celui-ci, bien qu’il soit évidemment étroit, n’en est pas moins confortable. Si vous avez de jeunes enfants, pas trop turbulents, le petit lit superposé est impeccable. Plus grands, disons adolescents, ils risquent toutefois de déborder ! Non, franchement, la Boler est davantage indiquée pour une jeune famille ou un couple, ou encore une personne seule, des gens qui ont la bougeotte, et qui voyagent surtout léger.

Si l’habitacle compte quelques espaces de rangement, ils sont néanmoins restreints. Cela dit, inutile d’apporter grand-chose, tout est ici fourni : de l’ouvre-bouteille à la cafetière en passant par le savon à vaisselle. Sans oublier un réfrigérateur (à brancher) et des ronds pour la cuisson. BBQ, chaises pliantes, toilette portative, ou mini-chauffage offert en sus, et sur demande. Celui-ci n’était pas un luxe lors de notre passage, d’ailleurs. L’été, en revanche, on devine qu’il doit faire assez chaud, merci. Bonne nouvelle, Sarah Morissette a installé un petit ventilateur au plafond de la rose bonbon.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

La Boler est mieux indiquée pour voyager léger en solo, en couple ou avec de jeunes enfants.

À noter : si ce genre de glamping vintage vous interpelle, encore faut-il un terrain disponible (camping ou autre), mais surtout une attache-remorque (une boule en bon français). Des papiers d’assurance vous seront aussi demandés. Bonne nouvelle : la roulotte ne pèse pas plus de 600 kg, nul besoin d’un gros véhicule utilitaire sport pour la traîner.

À partir de 90 $ la nuit.

Consultez le site de Motel Mobile

La Boler en chiffres

1968 : Invention et mise en marché des premières petites roulottes de fibre de verre, par le Manitobain Ray Olecko. En effet, et malgré son look résolument européen, sachez que la Boler est bel et bien une création canadienne.

50 ans : en 2018, la Boler a fêté son demi-siècle d’existence avec un grand rassemblement festif à Winnipeg de roulottes venues de toute l’Amérique. Un véritable « Woodstock sur roues », a résumé à ce sujet la CBC. Au total, 454 véhicules, en provenance du Yukon jusqu’à la Californie, se sont enregistrés pour souligner l’évènement.

10 000 : De 1968 à 1988, il s’est vendu environ 10 000 roulottes Boler en Amérique.

1400 $ : en 1968, la Boler neuve se vendait 1400 $. Plus de 50 ans plus tard, usagée, elle coûte plus de 10 000 $.

D’autres options

Louer une Boler

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE BOLER TRIP

Boler Trip offre en location trois roulottes très joliment rénovées.

Outre Motel Mobile, d’autres Québécois louent également des véhicules du genre. Parmi ceux-ci, mentionnons Boler Trip, d’un couple de l’Estrie, qui possède trois roulottes toutes très joliment rénovées. Disponibilités fin septembre. Également : Mon taco, entreprise de la région de Québec spécialisée dans l’aménagement de miniroulottes, a aussi trois petits véhicules à louer. Disponibilités en dehors de la haute saison.

Consultez le site de Boler Trip Consultez le site de Mon Taco

Groupes d’amateurs

Pour les amateurs de roulottes vintage, des groupes se sont formés sur les réseaux sociaux : annonces, récits d’aventures et autres trucs et astuces sont au rendez-vous (en plus de véhicules à vendre ou à louer, si vous êtes chanceux !).

Consultez le site de Bolerama Québec Consultez le site de Boler Aventure

Trucs du métier

Si vous voulez creuser l’historique de la Boler, avez besoin d’un coup de pouce pour réparer la coquille de votre véhicule, ou cherchez des idées à piquer (hacks) pour agrandir l’espace de vie de votre Boler, rendez-vous ici (en anglais seulement) :

Consultez le site de Boler Life