(Ottawa) L’industrie touristique canadienne s’attend à ce que l’épidémie de coronavirus ait des effets sur le nombre de visiteurs étrangers qui viendront au pays pendant la saison estivale.

Laura Osman
La Presse canadienne

Certains experts constatent déjà un changement dans le nombre de touristes étrangers accueillis au pays, en particulier ceux qui viennent de la Chine, où l’épidémie a commencé.

« Les réservations en provenance de Chine ont diminué d’environ 70 % de mars à octobre, ce qui est évidemment assez considérable », a affirmé Maya Lange, vice-présidente du marketing mondial de Destination BC, une société d’État qui se consacre à attirer des visiteurs dans la province.

Plusieurs compagnies aériennes ont limité le nombre de vols à destination du pays, et certaines personnes ont eu des difficultés à obtenir des visas en raison de fermetures temporaires dans certains bureaux.

Selon Statistique Canada, il y a eu 571 000 arrivées de touristes en provenance de Chine en 2019.

Les visiteurs chinois, bien que très recherchés par l’industrie touristique canadienne, ne représentent toujours qu’une part relativement faible des touristes étrangers au Canada sur une base annuelle.

Plusieurs agences canadiennes de marketing touristique ont retiré tous leurs placements publicitaires en Chine et redoublent d’efforts pour attirer des touristes dans d’autres marchés comme les États-Unis et le Royaume-Uni.

« Dans le passé, dans n’importe lequel de nos marchés, lorsque des circonstances exceptionnelles se sont produites, nous avons pris des mesures similaires pour garantir que nos efforts de marketing touristique aient un impact », a déclaré Tess Messmer, porte-parole de Destination Canada, une société d’État axée sur la promotion du Canada à l’étranger.

La société a déclaré que la Chine demeurait un marché important et qu’elle continuerait de travailler avec les agences de voyages en ligne et les médias touristiques.

Tourisme Ottawa a également retiré ses fonds publicitaires de la Chine, mais a dit espérer maintenir une relation avec les voyagistes chinois et d’autres contacts.

Mme Lange a souligné que lors de l’épidémie de SRAS en 2003, les touristes du Canada et des États-Unis avaient continué à voyager.

« Nous pensons donc que ces marchés continueront de voyager, évidemment si le Canada continue d’être une destination sécuritaire », a-t-elle déclaré.

Le Canada, où le risque de transmission du coronavirus reste faible, est toujours considéré comme une destination sûre pour les voyageurs internationaux et nationaux.

En ce qui concerne les festivals et autres grands événements prévus au cours de l’été, les autorités fédérales et provinciales de la santé n’ont pas décrété de mesures spéciales jusqu’à présent.