On ne va pas aux Îles-de-la-Madeleine pour visiter des musées, mais bien pour profiter des plages, des paysages, de la mer, aller à la rencontre des insulaires.

Violaine Ballivy Violaine Ballivy
La Presse

Et cet été, il sera plus facile d’en apprendre davantage sur l’une des principales occupations locales — la pêche au homard ou au maquereau — en participant aux sorties éducatives en mer pilotées par Maxime Poirier, pêcheur « vedette » de la série documentaire diffusée à Télé-Québec, La course folle.

Initiées timidement vers la fin de l’été dernier, les activités prendront leur véritable élan à partir du 1er juillet avec l’application des mesures d’hygiène dictées par les autorités en période de COVID-19.

Ainsi, on pourra accueillir à bord au maximum quatre familles — totalisant au plus 10 personnes — dont les déplacements seront restreints à des espaces délimités, et il faudra se munir d’un masque protecteur pour les situations où la distanciation physique n’est plus possible (pour aller voir la cabine du capitaine, par exemple).

« Ce sera plus de travail : il faudra désinfecter les vestes de flottaison, préparer des plats individuels pour les dégustations, mais la CNESST a donné son feu vert », dit Agathe Cyr, partenaire d’affaires et de vie de Maxime Poirier.

L’activité de pêche au maquereau promet d’être d’autant plus populaire cet été avec les restrictions imposées dans les restaurants : si la pêche est fructueuse, les participants repartiront avec des filets de poisson prêts à être cuisinés à la maison.

> Consultez la page de l’activité