La grande nouveauté du Zoo de Granby n’est pas tellement destinée aux visiteurs — même s’ils en profiteront — qu’à ses pensionnaires.

Violaine Ballivy Violaine Ballivy
La Presse

On termine ces jours-ci le réaménagement complet des aires réservées aux hippopotames — celle d’été et celle d’hiver — afin qu’elles respectent les normes de bien-être des animaux les plus élevées. La superficie qui leur est réservée a plus que doublé.

« On a revu la conception de l’espace pour qu’ils marchent davantage, qu’ils fassent plus d’exercice, comme en nature », explique Karl Fournier, directeur des soins animaliers, rappelant qu’à l’âge adulte, un hippopotame pèse jusqu’à 3 tonnes !

Le Zoo de Granby héberge actuellement trois spécimens : Kiboko, Polita et leur « petit » de 3 ans, Couma. Le public profitera des travaux des derniers mois — dotés d’un budget de 5,8 millions — avec l’ajout de plusieurs points de vue sur les animaux, pour une expérience que l’on annonce « plus immersive », tandis que des écrans interactifs assureront un volet éducatif plus complet qu’auparavant.

Pandémie oblige, le zoo a toutefois a dû reporter une seconde phase des travaux annoncés l’an dernier, laquelle devait permettre d’améliorer l’habitat des saros du Japon et d’accueillir les premiers dholes. Le zoo a rouvert ses portes hier (le 20 juin).

> Consultez le site du Zoo de Granby