Le Festival Halloween Mtl revient hanter la métropole ce week-end avec une programmation trois fois plus étoffée que l’an dernier. À découvrir : diverses activités pour les petits et les grands, où des fantômes, des créatures mystérieuses, l’humour macabre, la peur et un brin de folie sont au rendez-vous.

Danielle Bonneau Danielle Bonneau
La Presse

Eric Belley, fondateur et président du festival, voit grand. D’ici trois ans, il compte rallier tous les organismes montréalais qui proposent des activités spéciales à l’approche du 31 octobre, afin que le Festival Halloween Mtl devienne le plus important du genre à l’échelle internationale.

« L’année passée, environ 30 000 personnes ont participé, surtout au Complexe Desjardins », indique M. Belley, qui a une solide expérience dans le domaine des festivals, ayant travaillé 11 ans au Festival Juste pour rire. Il a été vice-président télévision francophone et programmation, puis en est devenu directeur général avant de quitter l’organisation, en 2010, pour réorienter sa carrière. L’Halloween, croit-il, présente un énorme potentiel.

Il n’y a pas de limite. L’Halloween, ce n’est pas juste avoir des bonbons. C’est la fête, c’est la transformation en quelqu’un d’autre, c’est la stimulation de l’imaginaire, c’est avoir peur, aller dans des zones inconnues.

Eric Belley, fondateur et président du Festival Halloween Mtl

« Cela s’adresse à des clientèles de tous les âges, fait-il remarquer. Il y a toutes sortes d’expériences rattachées à l’Halloween, à Montréal. Pendant un mois, la ville pourrait devenir une plateforme internationale. »

Cette année, le Complexe Desjardins participe de nouveau, les 26 et 27 octobre, avec la présentation de spectacles de danse dans l’esprit de l’Halloween, de spectacles de magie, un concours de costumes, des maquillages gratuits, sur la place centrale transformée pour l’occasion en Grande-Place des fantômes. Le domaine de la reine des rats effectue aussi un retour, avec son parcours enchanté gratuit à l’intérieur et à l’extérieur du Théâtre Sainte-Catherine. Des plantes musicales interactives et les arts du cirque seront mis à contribution pour donner la chair de poule aux visiteurs aujourd’hui, puis les 25 et 26 octobre.

S’ajoutent d’autres organismes qui célèbrent l’Halloween à leur façon. Le Terminal Comédie Club intègre ainsi la peur et le macabre dans ses soirées d’humour, ce soir et le week-end prochain. Les visites de l’organisme Montréal Hanté, dans Griffintown, au centre-ville et sur le mont Royal, ainsi que sa tournée des bars hantés, ne pourraient être plus appropriées.

PHOTO FOURNIE PAR LE MUSÉE POINTE-À-CALLIÈRE, CITÉ D’ARCHÉOLOGIE ET D’HISTOIRE DE MONTRÉAL

Les enfants de 4 à 10 ans qui participent à l’activité « Les drôles de fantômes 
de Pointe-à-Callière » se promènent dans les vestiges archéologiques
et dans l’exposition permanente du musée, rencontrant toutes sortes de personnages.

Se joignent aussi au festival pour la première fois le restaurant de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ), qui servira un repas inspiré de l’univers magique de Harry Potter (déjà complet), Malefycia Verset 5, qui propose une expérience théâtrale immersive aux 18 ans et plus, SOS Labyrinthe : invasion, et le musée Pointe-à-Callière, cité d’archéologie et d’histoire de Montréal. « Nous organisons deux activités pour l’Halloween, explique Éveline Trudel-Fugère, porte-parole du musée. On s’est associés au Festival Halloween Mtl parce que cela nous assure une visibilité auprès d’un autre public. »

Le musée célébrait déjà la fête. « Les drôles de fantômes de Pointe-à-Callière existent depuis plusieurs années, précise Mme Trudel-Fugère. Les enfants de 4 à 10 ans se déplacent dans les vestiges archéologiques et dans l’exposition permanente. Ils sont plongés dans l’univers imaginaire d’un récit créé, cette fois-ci, par Simon Boulerice. Nous avons aussi organisé une nouvelle expérience, en partenariat avec Échappe-toi Montréal, pour les adultes, le soir du 31 octobre. Les billets se sont vendus en quelques heures. On a été surpris de l’engouement sur les médias sociaux. Cela nous encourage à répéter l’expérience. »

Tourisme Montréal fait aussi la promotion du festival, se réjouit Éric Belley. « On encourage tout projet qui permet à Montréal d’être attrayant, explique Andrée-Anne Pelletier, porte-parole de Tourisme Montréal. Le festival est une excellente nouvelle, surtout qu’il a lieu pendant une période tranquille. On voit du potentiel surtout pour une clientèle de proximité, qui provient d’ailleurs au Québec, du nord des États-Unis et même de l’Ontario. »

M. Belley a de grandes visées. Il pense déjà à l’an prochain. Il voudrait mieux exploiter la légende de la « bête », qui aurait été aperçue à Montréal à différents moments au cours de son histoire, attirant l’attention d’un archiviste. « On va donner un nom à la créature, précise le promoteur. Il y aura une histoire différente chaque année et la bête va créer des méfaits, un peu comme les Gremlins. »

Sa devise s’inspire du film Field of Dreams, avec Kevin Costner : « Si tu le construis, ils viendront ». Le côté rassembleur de l’Halloween l’encourage à y croire.

> Consultez le site du festival