Dans l'incertitude après l'attentat du 14 juillet, les hôteliers niçois, qui ont décidé d'accueillir gracieusement les familles de victimes, proposent également à leurs clients de les rembourser ou de différer leurs séjours, a indiqué mardi le président local du principal syndicat hôtelier.

Publié le 20 juill. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

«On ne gagne pas notre vie sur le malheur des gens», a déclaré au cours d'une conférence de presse le président de l'Union des métiers des industries de l'hôtellerie (UMIH) Nice Côte d'Azur, Denis Cippolini, ajoutant: «J'ai demandé à mes collègues hôteliers d'accueillir les familles de victimes gratuitement».

«Jusqu'au 31 juillet, toutes les annulations de réservations qui avaient été prises avant les évènements du 14 juillet et sur lesquelles des arrhes avaient été versées, nous nous engageons à rembourser la totalité», a assuré le responsable des hôteliers.

Denis Cippolini propose également, «pour ceux qui le veulent» la possibilité de différer leur séjour durant un an. «Notre métier c'est l'accueil et le service», a-t-il martelé.

Le président des hôteliers niçois - quelque 260 établissements et 6000 salariés - a tenu à démentir des informations selon lesquelles les réservations seraient en baisse pour le mois d'août, soulignant qu'elles étaient à un niveau identique à l'année passée (autour de 38%).

Un niveau qui, selon lui, relève plus d'une évolution des modes de consommation, avec des réservations «à la dernière minute», qu'une conséquence du 14 juillet. Il a affirmé qu'il était trop tôt pour fournir des chiffres de fréquentation, ajoutant que la profession en appelle à l'État et aux collectivités territoriales pour «promouvoir l'image de la France».

Il souligne que les hôteliers niçois ont dû également faire face à l'arrivée massive de journalistes du monde entier ou de personnels de secours, notamment les «190 personnes du Samu que nous avons accueillies hier (lundi) soir».

Enfin, il a tout particulièrement salué l'attitude des salariés de deux établissements de la Promenade des Anglais (le Negresco et le West End) qui jeudi soir ont accueilli et porté assistance à de nombreux blessés, «parfois jusqu'à la fin».

«Nous avons été très touchés par les témoignages de solidarité de clients de l'autre bout du monde», a-t-il précisé.