L'île du Cap-Breton, présentée comme un refuge pour les Américains qui craignent l'élection de Donald Trump, a vu l'achalandage de son site web touristique tripler cette année. Résultats: environ 3 500 réservations ont été effectuées.

Mis à jour le 10 juill. 2016
LA PRESSE CANADIENNE

Selon le ministère du Tourisme de la Nouvelle-Écosse, les séjours d'une nuit dans les hôtels et les gîtes au mois d'avril ont grimpé de 30 % par rapport à l'an dernier.

Mary Tulle, directrice de Destination Cap-Breton, affirme que deux employés sont nécessaires à temps plein pour répondre aux demandes de renseignements en ligne et au téléphone.

Cap-Breton a frayé la manchette au moins de février, lorsqu'un animateur radiophonique de la région, Rob Calabrese, a créé un site web intitulé «Cape Breton if Donald Trump Wins» pour se moquer du populiste républicain et vanter les charmes de l'île.