Les Québécois prennent de moins en moins de vacances d'été et parmi ceux qui s'en prévalent, 40% restent en contact avec le bureau, surtout les plus jeunes.

LA PRESSE CANADIENNE

Ces données figurent mardi dans le huitième sondage CROP sur le sujet qui a été commandé par l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Les Québécois prévoient prendre en moyenne deux semaines de vacances cet été comparativement à 2,2 l'an dernier et à 2,3 en 2013. Plus d'un Québécois sur dix prévoit ne prendre aucune vacance estivale.

D'autre part, 18% des répondants ont dit revenir au travail plus stressé qu'ils ne l'étaient avant de partir.

Couper les ponts lors de son absence permet de faire le vide et favorise un retour productif, selon l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Cependant, deux travailleurs sur cinq restent en contact avec le travail pendant leurs vacances par intérêt personnel, surtout, mais aussi à cause de l'impossibilité de déléguer, de la culture d'entreprise et de la pression du supérieur immédiat.

Le sondage a été réalisé en ligne du 11 au 16 juin derniers. Au total, 585 questionnaires ont été remplis par des travailleurs salariés.