(Londres) Le très controversé projet d’agrandissement de l’aéroport de Londres Heathrow, le plus fréquenté en Europe, sera retardé « d’au moins deux ans » en raison de la pandémie de coronavirus, a annoncé vendredi l’aéroport.

Agence France-Presse

« L’expansion d’Heathrow reste un élément clé de notre stratégie à long terme une fois que nous aurons battu la COVID-19 et que nous serons entrés dans la phase de récupération. Cependant, étant donné la crise actuelle de COVID-19 et le processus d’appel en cours, nous prévoyons que l’expansion et l’investissement en capital lié soient retardés d’au moins deux ans », affirme l’aéroport dans un communiqué sur ses résultats trimestriels.

Le 27 février, la justice britannique avait donné raison aux écologistes opposés à la construction d’une troisième piste dans cet aéroport londonien, mais Heathrow a fait appel devant la Cour suprême.

La cour d’appel de Londres avait jugé que ce projet d’extension n’était pas assez respectueux de l’environnement et que le précédent gouvernement conservateur, qui l’a approuvé en 2018, aurait dû tenir davantage compte des accords de Paris de 2015 visant à limiter le réchauffement climatique.

La construction d’une troisième piste à Heathrow, situé à l’ouest de Londres, est censée permettre à cet aéroport d’accueillir à terme 130 millions de passagers par an, contre 78 millions à l’heure actuelle.

Les travaux devaient en principe débuter en 2022 et durer quatre ans et le projet devait être financé par le consortium d’investisseurs propriétaires de l’aéroport, dont des fonds souverains de Chine, de Singapour et du Qatar.

Le coût de ce projet faramineux est estimé à 14 milliards de livres pour sa première phase.