(Londres) Malgré le Brexit et le ralentissement économique, quelque 50 hôtels de luxe ont ouvert leurs portes au Royaume-Uni lors de l’année écoulée, principalement grâce au rayonnement de Londres, révèle lundi le cabinet d’avocats Boodle Hatfield.

Agence France-Presse

Le nombre total d’hôtels de luxe au Royaume-Uni s’élève à 3380 pour l’année 2018-2019, contre 3330 un an plus tôt, selon cette étude.

Cette tendance tranche avec l’évolution du marché des hôtels meilleurs marché (3 étoiles et moins) dont le nombre a reculé de 40 établissements pour tomber à 4120.

Le marché des hôtels de luxe se porte bien surtout grâce à Londres et en dépit d’une économie britannique ralentie par les incertitudes du Brexit, dont la date a été repoussée à fin janvier.

L’étude note que les investisseurs privés en provenance du Moyen-Orient et d’Asie n’ont pas été découragés et ont multiplié les projets hôteliers dans la capitale.

En outre, les touristes étrangers fortunés ont bénéficié d’une baisse de la livre face au dollar depuis le vote pour le Brexit ce qui a considérablement augmenté leur pouvoir d’achat sur le territoire britannique.

Parmi les hôtels 5 étoiles à avoir ouvert en 2019 à Londres figurent le Standard, non loin de la gare de King’s Cross, le Prince Akatoki à Marble Arch, ou encore le Biltmore Mayfair, anciennement connu comme le Millennium Hotel, où l’ancien agent secret russe Alexandre Litvinenko avait été mortellement empoisonné en 2006.

« Le marché de l’hôtellerie de luxe en dehors de Londres a montré quelques signes d’essoufflement, mais la possibilité d’investir dans un hôtel à Londres reste très attractive pour de riches individus et familles du monde entier », remarque Adam Chamberlain, associé chez Boodle Hatfield.

Pour ces investisseurs, les hôtels de luxe à Londres représentent toujours des symboles de prestige tout comme des sources de profits. Et « cela ne change pas », souligne-t-il.