(Washington) Les États-Unis ont recommandé vendredi à leurs ressortissants d’éviter les voyages non indispensables en Italie, pays d’Europe le plus touché par l’épidémie de coronavirus.

Agence France-Presse

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont expliqué leur décision par le fait qu’il « existe un accès limité à des soins médicaux adéquats dans les zones touchées », selon un communiqué.

Dans un communiqué séparé, le département d’État a conseillé aux Américains de « reconsidérer leur voyage », soulignant la « propagation (des cas) de contamination » d’origine inconnue au sein de la population du pays.

Avec 650 personnes testées positives, dont toutefois seulement 303 sont considérées comme vraiment malades, l’Italie est le pays d’Europe le plus touché. Le COVID-19 a fait 17 morts, tous des personnes âgées et déjà atteintes de pathologies graves.

La « zone rouge », où est apparue la variante italienne du coronavirus, a été localisée autour d’une ville de Lombardie, région du nord du pays qui concentre 403 cas de contaminations, et plusieurs villes ont été placées en quarantaine.

Les autorités italiennes ont annulé plusieurs événements et appelé les touristes à éviter le pays, une destination prisée des Américains.

Pour éviter la propagation du virus sur leur territoire, les États-Unis ont instauré des restrictions de voyage, de et vers, les pays touchés par le COVID-19, notamment la Chine, foyer de l’épidémie.

Le président Donald Trump a indiqué mercredi qu’il déciderait « en temps voulu » d’éventuelles nouvelles restrictions.