Importante escale des bateaux de croisière, le port de Marseille vient de s’entendre avec les principaux armateurs de la mer Méditerranée pour qu’ils réduisent de façon significative leurs rejets atmosphériques.

Violaine Ballivy Violaine Ballivy
La Presse

Il faut dire qu’ils ne sont pas négligeables : selon les données fournies par l’État au quotidien Le Monde, les bateaux de croisières seraient responsables de 40 % des émissions locales d’oxyde d’azote, de 32 % de celles d’oxyde de soufre et de 15 % des rejets de particules fines à Marseille.

Quatre croisiéristes responsables de 85 % du trafic dans le port ont signé une entente — pleinement effective en 2025 — qui prévoit notamment que les navires utiliseront un carburant plus propre (du gaz naturel liquéfié), se brancheront au réseau électrique dès leur arrimage et réduiront leur vitesse aux abords de la Ville.

– d’après Le Monde