(Madrid) L’activité touristique a de nouveau ralenti en 2019 en Espagne, où les étrangers ont été moins nombreux sur les plages, malgré un rebond du tourisme dans les villes et l’intérieur du pays, a expliqué mercredi l’organisation patronale Exceltur.

Agence France-Presse

Le chiffre d’affaires du secteur en Espagne, deuxième destination touristique mondiale, a atteint 153 milliards d’euros, soit une hausse de 1,5 % sur un an, selon Exceltur.

En 2018, le tourisme, l’un des moteurs de l’économie espagnole, s’était déjà montré moins dynamique (+2 %) après plusieurs années de croissance exceptionnelle (+4,5 % en 2017 et +5 % en 2016).

« Ceux qui ont le plus souffert sont les établissements hôteliers de la côte, qui ont vu en moyenne une chute de 0,7 % » de leurs bénéfices, a souligné José Luis Zoreda, vice-président directeur d’Exceltur lors d’une conférence de presse.

Après avoir profité pendant plusieurs années d’un afflux exceptionnel de touristes effrayés par les attentats dans d’autres destinations balnéaires telles que la Turquie, l’Égypte, et la Tunisie, l’Espagne pâtit depuis 2018 du retour en grâce auprès des vacanciers de ces pays, qui proposent en outre des prix beaucoup plus bas.

Les régions les plus touchées sont les Baléares (-5 % de bénéfices) et les Canaries (-7 %). Ce dernier archipel souffre en outre de l’impact de la faillite du voyagiste britannique Thomas Cook qui a privé ces îles situées au large du Maroc d’un nombre important de liaisons aériennes.

Le nombre de nuitées a chuté de 2,6 % car les touristes étrangers restent moins longtemps sur place (-6,5 % pour les Allemands, -5,2 % pour les Britanniques et-4,2 % pour les Français).

Néanmoins, ces visiteurs dépensent plus d’argent (+6 % de la dépense quotidienne moyenne), notamment dans les hôtels des grandes villes ayant fait l’effort de se rénover pour monter en gamme, a précisé M. Zoreda.

Les bonnes nouvelles de 2019 sont d’ailleurs venues du tourisme urbain, Madrid en tête (+6,5 % bénéfices pour le secteur), et des régions du centre et du nord de l’Espagne, qui ont vu s’accroître le nombre de visiteurs étrangers.

Les séjours effectués par les Espagnols dans leur pays ont aussi gardé un rythme dynamique, grâce notamment aux baisses de prix des vols intérieurs.

Pour 2020 et 2021, Exceltur prévoit une stagnation de la croissance du secteur touristique espagnol, aux alentours de 1,5 % par an.