(Francfort) La nuit tombe sur la grande place historique de l’hôtel de ville de Francfort, la Römerberg, où se trouve l’un des plus anciens marchés de Noël d’Allemagne, appelés ici Weihnachtsmarkt ou Christkindlesmarkt.

Olivia Lévy Olivia Lévy
La Presse

Dès notre arrivée, on aperçoit, de loin, l’immense sapin illuminé d’une hauteur de 32 mètres. On apprend que ce sapin, âgé de près de 80 ans, pèse 4 tonnes et a été offert par la ville thermale voisine de Bad Orb.

Nous sommes éblouis par toutes les lumières et décorations qui illuminent la vieille ville de Francfort. Les petites échoppes du marché sont situées au centre de cette place où l’on retrouve les maisons à colombages colorées. Le décor est digne d’une carte postale.

Les parfums de vin chaud (Glühwein) et d’épices s’entremêlent à ceux des marrons et saucisses grillés qu’on déguste dans une ambiance festive. La foule est joyeuse, composée de jeunes familles et de Francfortois qui sortent du bureau. Ils profitent du marché pour aller prendre un petit apéritif ou même carrément manger un repas au coin d’une table. Tous s’enivrent du vin chaud, et même les enfants ont leur kinderpunsch, punch chaud aux fruits que l’on boit dans la tasse officielle de l’édition 2019 du marché, vendue 3 euros (environ 4,40 $).

PHOTO DANIEL ROLAND, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le marché de Noël de Francfort

Côté nourriture, on a le choix : traditionnelles saucisses bratwurst et currywurst, grands bretzels (fromage, nature ou chocolat), tartes flambées flamenküche, soupes, crêpes sucrées ou salées, frites, fish and chips, gaufres, pain d’épices, marrons grillés, bonbons et confiseries de toutes sortes.

On peut aussi goûter ou rapporter le gâteau typique de Noël, le Christstollen, dessert aux fruits confits et raisins, avec ou sans pâte d’amande.

Le marché est immense, on déambule à travers les 200 petits chalets en bois soigneusement décorés qui se répandent jusqu’au quai, devant le Main, cours d’eau qui traverse la ville. On y vend bougies colorées, moult décorations de Noël (boules, guirlandes, petites maisons en bois, figurines de crèches), jouets, gants, tuques et bijoux.

Les enfants, les yeux écarquillés, se précipitent vers l’immense carrousel à deux étages pour faire un petit tour dans une ambiance féérique, ce qui fait le bonheur des petits et des grands !

2200 marchés

Les marchés de Noël constituent une véritable tradition en Allemagne, depuis le Moyen Âge, et on voit que cela fait partie de la culture. On en compte plus de 2200 dans toute l’Allemagne, des plus petits villages aux grandes villes. Certains durent quelques jours, et les plus grands, comme ceux de Francfort, Berlin, Nuremberg, Cologne, Hambourg, Dresde, Stuttgart, Erfurt, Weimar, Baden-Baden, durent près d’un mois.

PHOTO DANIEL ROLAND, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le marché de Noël de Francfort

« Les marchés des petits villages sont souvent plus authentiques », nous murmure une Allemande, entre deux gorgées de vin chaud.

Le succès est au rendez-vous : les marchés de Noël attirent 270 millions de visiteurs chaque année, on y boit plus de 50 millions de litres de vin chaud et y dévore 82 000 tonnes de pain d’épices !

Un peu d’histoire

« Tout commence avec le marché de la Saint-Nicolas, qui apparaît à la fin du XIIIe siècle, au début du XIVe, marché centré sur le 6 décembre, jour de la Saint-Nicolas. On y trouvait des produits de la tradition du Noël médiéval, des marchands d’épices ou d’herbes, des vendeurs de tissus, des fabricants de pain d’épices dès le XVe siècle. Les gens faisaient leurs emplettes et se préparaient pour la période festive », explique l’historien Jean-François Kovar de l’Université populaire de la Krutenau, à Strasbourg.

Il précise que Noël s’est imposé avec le protestantisme de Luther. « Les luthériens, à partir de 1530, remettent en cause la Saint-Nicolas comme fête catholique. Un personnage nouveau apparaît, l’enfant Christ, et la fête de Noël va se déplacer du 6 au 25 décembre. Ça devient alors les marchés de l’Enfant Christ, Christkindlmarkt », résume le professeur.

PHOTO MATTHIAS SCHRADER, ASSOCIATED PRESS

Aujourd’hui, la dimension religieuse des marchés de Noël a disparu, même si, très souvent, des animations à caractère culturel sont présentées, comme ici à l’Église Notre-Dame de Nuremberg.

Aujourd’hui, la dimension religieuse des marchés de Noël a disparu, même si, très souvent, des animations à caractère culturel sont présentées, comme des concerts et chants de Noël. « Cela rappelle la dimension spirituelle de Noël, car dans ces marchés, c’est l’impératif commercial qui s’impose. Aujourd’hui, c’est plus divertissant, on investit les lieux pour des apéritifs entre amis, en famille, on peut y passer la journée ou presque ! Ce qui n’était pas le cas à l’origine », souligne le professeur. 

Il indique qu’en France, le seul marché traditionnel et historique est celui de Strasbourg, qui existe depuis 1570.

À Francfort, il est 17 h, les cloches de l’église Saint-Nicolas sonnent – elles résonnent trois fois par jour, à 9 h, à midi et à 17 h. Les 1er et 24 décembre, ce sont 50 cloches de 10 églises qui carillonnent ensemble dans toute la ville. La soirée ne fait que commencer !

PHOTO DANIEL ROLAND, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le marché de Noël de Francfort

Trois incontournables

Marché de Nuremberg

PHOTO CHRISTOF STACHE, AGENCE FRANCE-PRESSE

Un kiosque au marché de Noël de Nuremberg

Le marché de Nuremberg, dans la vieille ville, est l’un des plus grands et des plus célèbres au monde. Il attire plus de 2 millions de visiteurs.

Il faut y déguster son délicieux pain d’épice et se procurer des jouets en bois, spécialité de cette ville de Bavière.

Marché de Heidelberg

PHOTO FOURNIE PAR L’OFFICE DE TOURISME DE HEIDELBERG

Le marché de Heidelberg

Le cadre du marché de Noël est romantique et somptueux dans cette petite ville, l’une des plus jolies d’Allemagne, située sur les rives du Neckar, dans le Bade-Wurtemberg.

Une patinoire est installée devant le château, et c’est tout simplement féérique.

Marché d’Erfurt

PHOTO JENS MEYER, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Un kiosque au marché de Noël d’Erfurt

La place historique de l’immense cathédrale gothique Notre-Dame et le décor de ce marché de Noël dans cette petite ville médiévale valent le déplacement.

Sans compter le Erfurter Schittchen, gâteau typique de Noël, qui y est un délice.