(Paris) C’est là « où tout a commencé » pour la « muse de Saint-Germain-des-Prés » : la place au nom de Juliette Gréco, icône de la chanson française décédée en septembre 2020, a été inaugurée jeudi dans le quartier artistique et intellectuel de l’après-guerre parisien.

Agence France-Presse

Le coin de la place Saint-Germain-des-Prés baptisé à son nom prend un côté du parvis de l’église où se sont déroulées ses obsèques, non loin du cimetière du Montparnasse où elle a été inhumée.

Une autre partie de la place a déjà reçu en 2000 les noms de Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir qu’elle a fréquentés rive gauche.

Interprétant à la trompette La Javanaise, Ibrahim Maalouf a conclu un hommage sous le soleil, en présence de la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo et de ses adjointes, du maire (DVD) du VIe arrondissement Jean-Pierre Lecoq, du député (LREM) Gilles Le Gendre et de membres de la famille de la chanteuse et actrice.

« Aujourd’hui, Paris, ta ville, ton quartier, ton pavé ont choisi de rendre hommage à la jeune “Toutoute” (son surnom à Montpellier, sa ville d’origine, NDLR) que tu étais en 1947, quand tu étais assise là, sur le sol du parvis avec tes amis », a salué sa petite-fille, Julie-Amour Rossini.

Juliette Gréco est décédée le 23 septembre 2020 après plus de 60 années d’une carrière où elle a interprété les plus grands, de Vian à Prévert, en passant par Aznavour et Gainsbourg.

« Levant les yeux sur cette petite plaque, on entendra sa voix », s’est réjouie la romancière et parolière Marie Nimier, qui lui a composé de nombreuses chansons.

Anne Hidalgo a salué la mémoire d’une « femme de gauche, féministe avant l’heure », « cette enfant de Paris que rien n’arrêtait ».

Avec cette inauguration, « nous célébrons aussi une époque d’insouciance et de bonheur que nous aimerions tant retrouver aujourd’hui », a dit, nostalgique, le maire d’arrondissement Jean-Pierre Lecoq.