(Rome) La ville de Rome a approuvé mardi le transfert définitif dans trois grands parcs des calèches touristiques à chevaux, qui cohabitaient avec le trafic automobile.

Agence France-Presse

« C’est un jalon historique pour une ville moderne respectueuse de l’environnement et des animaux », a commenté la maire de Rome, Virginia Raggi (Mouvement cinq étoiles) dans un communiqué annonçant le résultat d’un vote municipal, après des années de bataille sur le sujet.

Les cochers de la capitale — surnommés les « botticelle » (porteurs de tonneaux) en souvenir de l’époque où la traction par des chevaux dans Rome était surtout destinée au transport du vin — auront la possibilité d’obtenir des licences de taxi.

Le nouveau règlement prévoit le recours exclusif à quelques races de chevaux de trait, des contrôles périodiques par des vétérinaires, mais aussi une limite de sept heures de travail en respectant des pauses.

En outre, les calèches seront interdites à la circulation durant les heures les plus chaudes en juillet et en août, ainsi que durant la totalité des journées excédant les 30 degrés. Des amendes aux contrevenants s’étaleront de 500 euros (780 $) à la révocation de la licence.

Selon le journal Corriere della Sera, il existe encore 21 conducteurs de calèches à Rome titulaires d’une licence officielle.