(Paris) Les aéroports européens, assommés par l’épidémie du coronavirus, vont devoir trouver un nouveau modèle de fonctionnement post-crise dans lequel les compagnies à rabais émergeront comme les « gagnantes », a estimé mardi le directeur général de l’organisation d’aéroports ACI Europe.

Agence France-Presse

« Clairement, nous voyons que les transporteurs à bas coûts sont les gagnants dans cette crise. Les plus importants ont les résultats financiers les plus solides et disposent de liquidités pour traverser la crise dans les mois à venir », a déclaré Olivier Jankovec, le directeur général d’Airports Council International (ACI) à l’ouverture de l’Assemblée générale annuelle de l’organisation qui représente 500 aéroports dans 46 pays européens.

« Leur produit est parfaitement adapté à la nouvelle réalité (post-COVID-19, NDLR) tout comme leur gestion des coûts et leur agilité », a-t-il poursuivi citant l’irlandaise Ryanair et la hongroise Wizz Air comme « les gagnantes ».

« Ces transporteurs-là vont gagner des parts de marché et, qui sait, le moment venu, ils s’intéresseront peut-être au long-courrier », a-t-il ajouté.

Les compagnies à rabais (communément appelées low-cost) sont avantagées dans la crise notamment par leur réseau limité au moyen-courrier en Europe, un trafic qui redémarre doucement au gré des restrictions de circulation, par rapport aux géants historiques qui ont des coûts fixes très importants alors que les liaisons long-courriers sont encore quasiment à l’arrêt en raison des incertitudes liées à la propagation du virus.

La compagnie irlandaise Ryanair a annoncé début novembre une perte de 197 millions d’euros au premier semestre de son exercice décalé achevé fin septembre contre un bénéfice de 1,15 milliard d’euros un an plus tôt.

Elle espère toutefois qu’après la pandémie, la baisse des coûts mise en place à cause du virus permettra de « capitaliser sur les nombreuses opportunités de croissance qui seront disponibles, particulièrement là où les compagnies concurrentes ont tranché dans leurs capacités ou fait faillite ».

De son côté la compagnie à rabais britannique EasyJet a annoncé mardi une perte de plus d’un milliard de livres sur l’ensemble de son exercice décalé. Optimiste, son patron Johan Lundgren estime toutefois que la compagnie dispose, après de vastes réductions de coûts et des milliers de licenciements, « de fondations sans pareil pour émerger forte de la crise ».

Les trois géants européens, Air France-KLM, IAG et Lufthansa ont aligné respectivement des pertes de 1,6, 1,76 et 2 milliards d’euros au troisième trimestre.

Au 15 novembre, le trafic aérien était en baisse de 81 % sur l’année dans les aéroports situés sur le continent européen, selon ACI.