(Montréal) Air Canada suspend ses vols à destination et en provenance de l’Italie, affirmant que sa décision a été motivée par la réglementation italienne et par « des préoccupations persistantes en matière de santé et de sécurité » liées à l’épidémie du nouveau coronavirus.

Christopher Reynolds
La Presse canadienne

Le dernier vol de la compagnie aérienne vers Rome devrait décoller de Toronto mardi, et le dernier vol de retour au départ de Rome pour Montréal devrait avoir lieu mercredi.

Air Canada projette de redémarrer son service le 1er mai. Entre-temps, elle indique que les clients concernés seront avisés et se verront offrir un remboursement complet, a indiqué un porte-parole.

En janvier, la plus grande ligne aérienne du Canada a interrompu tous ses vols directs vers la Chine, l’épicentre du virus.

Le COVID-19 entraîne des difficultés pour les lignes aériennes mondiales, car les entreprises suspendent leurs voyages d’affaires non essentiels et les conférences et autres événements sont annulés en raison de l’augmentation des restrictions de voyage des gouvernements.

L’épidémie pèse sur Air Canada, dont les actions ont chuté de 40 % depuis le 20 janvier.

Le gouvernement fédéral envisage des mesures pour compenser la baisse des bénéfices des compagnies aériennes, a indiqué la ministre du Développement économique, Mélanie Joly.

Ce que nous examinons, c’est la façon dont nous pouvons atténuer les impacts tout en nous assurant que nous puissions avoir encore une saison estivale forte, et aussi que nous puissions vraiment rebondir.

Mélanie Joly, ministre du Développement économique

La ministre Joly a précisé avoir rencontré lundi les patrons d’Air Canada et de WestJet Airlines – Calin Rovinescu et Ed Sims – « pour comprendre un peu plus l’impact de ce qui est vécu présentement ».

« Notre hypothèse de base est qu’Air Canada verra une grave perturbation de la demande au 2e trimestre avec un impact persistant pendant le reste de 2020 », a affirmé Cameron Doerksen, analyste de la Banque Nationale, dans une note de recherche.

Le mois dernier, Air Canada prévoyait une « légère augmentation » des bénéfices ajustés pour 2020, en partant de l’hypothèse que ses liaisons annulées vers la Chine continentale et Hong Kong seraient entièrement récupérées d’ici le troisième trimestre, et que ses avions Boeing 737 Max reprendraient progressivement leur envol vers la fin du même trimestre.

Mais M. Doerksen a prédit mardi que le bénéfice ajusté annuel du transporteur aérien atteindrait 2,2 milliards, soit environ 40 % de moins que les prévisions d’Air Canada de 3,6 milliards – ce qui marquerait également une baisse de 40 % par rapport à son bénéfice avant intérêt, impôts, dépréciation et amortissement de 2019.

Jeudi, Air Canada a annoncé qu’elle annulerait les frais de modification de réservation à la lumière des préoccupations concernant le coronavirus, autorisant un changement unique pour les billets achetés entre le 4 mars et le 31 mars pour un voyage dans les 12 mois.

Cette décision va moins loin que celles des transporteurs aériens United Airlines, Delta Air Lines et American Airlines, qui ont indiqué cette semaine qu’elles permettraient aux passagers de modifier leurs billets vers n’importe quelle destination jusqu’au 30 avril sans payer de frais.